2014 Gignac Autrement Christophe DE PIETRO

Nous écrire : 2014-gignac-autrement@laposte.net

Réunion Publique du 14 novembre à l’Espace PAGNOL

publié le 17/11/2019

La première partie de cette réunion a été consacrée à la présentation du futur Boulevard Urbain Multimodal (BUM).

Ce projet de 9 millions d’euros améliorera indéniablement le côté visuel de cet axe qui coupait notre commune en deux parties. De nombreux végétaux, une piste cyclable, des parkings et dépose minute au niveau du Collège Lycée St Louis-Ste Marie, passages piétonniers, etc … La sécurité sera améliorée car les voies seront plus étroites et l’implantation de trois feux tricolores viendra réguler la circulation Quartier des Fortunés, de Figuerolles et au pied de la passerelle Rue Chabaud.

De nombreuses remarques dans le public et aussi quelques propositions. Pour ma part je proposerais les idées suivantes :

  • réalisation d’un bassin de rétention sous le BUM au niveau du quartier des Granettes,
  • Mise à profit de l’espace disponible au niveau des Fortunés pour réaliser un îlot central tel que réalisé aux Pennes Mirabeau afin d’accueillir les bus pour casser la vitesse et permettre de mettre en place un système de « CoBussage » entre ce point et St Louis pour y déposer les enfants. Espace au niveau de la Germaine/Billard à aménager de la même façon. Cela permettrait peut-être de désengorger cet axe, car de nombreux véhicules y transitent uniquement pour déposer leurs enfants à St Louis.
  • Mais aussi, de supprimer le feu tricolore au pied de la passerelle rue Chabaud car beaucoup trop dangereux de mon point de vue. En effet, n’allons pas recréer une zone accidentogène telle qu’elle existait dans le sens Martigues-Les Pennes aux heures de sortie de St Louis où les automobilistes surpris se retrouvaient au sommet de la passerelle surpris par les embouteillages.
  • Je proposerais également qu’un arrêté soit mis en place pour réguler les convois exceptionnels qui passeront occasionnellement sur cet axe aux voies réduites, la nuit afin de ne pas risquer de bloquer la circulation en journée compte tenu de la fréquentation de cet axe.
  • J’évoquerais également les futures nuisances « environnementales » liées à l’installation de ces feux tricolores qui va générer ralentissements, freinages et accélérations donc une pollution accrue sachant que le flot des véhicules est déjà conséquent et ne cessera de croître !!!

Monsieur le maire retiendra entre autres dans mes idées, celle du bassin de rétention sous le futur BUM et celle du système de navette « CoBussage »….

La deuxième partie de cette réunion a été consacrée aux récentes inondations sur notre commune.

Malgré mes nombreuses alertes sur le quartier de La Mousseline en conseil municipal  et ce, depuis plusieurs années, personne n’a jugé bon de prendre en compte mes affirmations. Le 17 octobre encore, j’ai exposé mes craintes sur les probables inondations de ce quartier, (voir article précédent).

Vous trouverez également par le lien suivant mon intervention en conseil municipal du 05 novembre 2019 concernant ces inondations et de rappeler l’un des propos de M. Royère lors de la présentation de ces événements en séance : « le réseau pluvial a ce côté ingrat d’un coût exorbitant et rien ne se voit ! » —> Intervention De Pietro CM du 05 11 2019_Gignac

 

A l’occasion de la réunion publique sus-citée,  évoquant  une nouvelle fois l’histoire de Gignac la Nerthe,  je ne pouvais, hélas,  que conclure que la catastrophe qui a touché encore plus durement ce quartier était largement prévisible. N’oublions pas également les autres quartiers comme celui tout récent, de La Clé des Champs dont les parkings ont également été largement inondés eux aussi !

Le Rapport du commissaire enquêteur suite à enquête publique relative à la modification du PLU n°3 du 18 novembre 2013.

Rapport du commissaire enquêteur M. MIDONIO par le lien suivant —> RAPPORT-COMMISSAIRE-ENQ

Quelques éléments ci-après pour éclaircir les textes relatifs à cette situation :

Il est indiqué que cette enquête publique a lieu pour plusieurs raisons dont : – —« Mobiliser du foncier en faveur du logement social » et « Prendre en compte le nouveau zonage d’assainissement des eaux pluviales et le schéma directeur d’assainissement pluvial » : « On peut légitimement se poser des questions ! »

On y lit également,  que la commune a ressenti le besoin d’actualiser son PLU pour répondre, entre autres aux obligations de production de logements sociaux, conformément aux objectifs fixés dans le cadre de la loi du 18 janvier 2013 et la mise en demeure de l’Etat. De plus,  une enquête sur le schéma directeur d’assainissement pluvial s’est déroulée concomitamment à cette enquête sur le PLU et que la présente procédure tient compte de toutes les prescriptions du schéma directeur – Ce dernier date de juin 2011 et sera évoqué un peu plus loin.

Il est précisé que les commissaires enquêteurs ont visité la ville de Gignac la Nerthe, accompagnés par les techniciens de la communauté urbaine et de la commune.

Comment ont-ils pu déterminer,  lors de la visite sur le terrain dit « Météo » que le risque identifié en « aléa fort-risque de submersion marine » sur le haut du terrain en amont, n’impacterait pas l’aval de cette même parcelle en raison de la déclivité du terrain,  que l’on constate encore bien plus aujourd’hui  compte tenu des aménagements réalisés pour la rendre accessible ????

Quelles dispositions  autres ont-elles été prises dans le cadre de l’instruction du permis de construire par rapport à ce point ?  Indépendamment des moyens de rétention propres à ce projet, destinés à ne pas générer de nuisances supplémentaires lors de l’imperméabilisation de cette parcelle ?

Au paragraphe 10 « Personnes rencontrées », il est rappelé  que ces mêmes techniciens ainsi que les responsables du service urbanisme de la commune de Gignac la Nerthe pour la modification du schéma directeur d’aménagement pluvial se sont rencontrés et qu’une réunion a eu lieu en présence de M. Amiraty, son adjointe déléguée à l’urbanisme environnemental, Mme FERRARIN, pour évoquer les dispositions proposées par ces enquêtes concomitantes.

N’y avait-il personne autour de cette table ayant eu connaissance des inondations de 1972 ?

Quelles ont été les dispositions proposées, notamment concernant les quartiers prioritaires, dont le quartier des GRANETTES ?

Au paragraphe 6.8 « Bassin de rétention du terrain Météo »

La suppression du bassin de rétention du terrain « Météo », sujet développé dans le rapport relatif à l’enquête publique concernant le schéma directeur d’assainissement pluvial est évoquée 6.8 :

  • Ledit bassin, emplacement réservé n°40, était situé hors de la zone inondable liée au ruisseau des Granettes ; il n’aurait recueilli que les eaux de ruissellement provenant de l’avenue de la République et du quartier du Stade et, non celles de crues exceptionnelles.
  • La modification n°3 en cours, a prévu un emplacement (n°75) pour réaliser un bassin de rétention mieux situé dans la zone inondable en amont du chemin des Granettes. Une note technique détaillée est jointe en annexe.
  • Les nouvelles études ont conclu à l’inscription de cet emplacement réservé situé au nord de la RD 368, (emplacement n°75).

Questions posées :

Pour quelles raisons ce bassin avait-il été positionné à cet emplacement dans la précédente étude du Schéma Directeur d’assainissement pluvial ?

Sur quels autres critères a-t-il été supprimé ?

Même si ce bassin n’était pas situé dans la zone inondable tel qu’évoqué, ces crues exceptionnelles étaient connues lors de la modification n°3 du PLU de 2013 car elles y sont évoquées, POURQUOI ne pas l’avoir maintenu ?

N’aurait-il pas permis d’absorber une partie des inondations en lieu et place   des garages de la résidence La Mousseline ?

L’enjeu « urbanisation » aurait-il été un argument pour justifier cette suppression ?

POURQUOI le bassin de rétention sur l’emplacement réservé n°75 n’a-t-il pas été réalisé DEPUIS 2011, date du rapport d’études sur le schéma directeur qui précise que ce quartier des GRANETTES faisait partie des trois quartiers prioritaires à traiter sur notre commune avec ceux des OUÏDES et du CAPEAU ?

ATTENTION à priori une future résidence « Seniors » est prévue aux abords direct de la réserve n°75, n’allons pas créer de futur sinistrés !!!!

 

Concernant le Rapport Schéma Directeur Assainissement Pluvial de 2011 vous pourrez en prendre lecture par le lien suivant : —> Rapport-phase-II-diagnostic

Page 20, on constate sur le plan que le terrain « Météo » repéré 6 est répertorié comme terrain de sport.

Cela était vrai en 2011 (boulodrome et friche) ; Est ce que le rapporteur avait eu connaissance du futur projet sur ce terrain dit « Météo » lors de cette modification du schéma directeur en 2011 ?

Cela l’aurait-il conduit, lors de cette étude, à supprimer plus facilement l’emplacement réservé n°40,  destiné à la réalisation d’un bassin de rétention sur cette dite parcelle, s’il n’avait  pas connaissance de ce futur projet de La Mousseline ?

Pages 47 et 132 sont définis 3 secteurs prioritaires sur notre commune dont le quartier des GRANETTES.

POURQUOI rien n’a été fait depuis 2011 si ce quartier était prioritaire ?

POURQUOI ne pas avoir réalisé en amont de ce projet de nouvelles infrastructures pour protéger ou tout du moins limiter l’impact prévisible de « l’aléa fort-risque de submersion marine »  sur le haut de cette parcelle relevé dans la modification n°3 du PLU de 2013 ?

POURQUOI a-t-il été établi lors des réunions avec les services techniques de la commune que les aménagements seraient dimensionnés pour un événement décennal ?

Il faut savoir que cet objectif de protection est classiquement retenu car il est généralement avantageux d’un point de vue coût/bénéfice.

A-t-on sacrifié certains quartiers au nom de ce principe de protection ?

Page 132, il est précisé que la définition de ces secteurs prioritaires a été établie lors des réunions avec les services techniques et lors du pré-diagnostique, en prenant en compte les désordres récurrents connus par les services techniques, ainsi qu’en tenant compte des prochains aménagements prévus (aménagements de ZAC) et que par ailleurs, la cartographie du risque à l’échelle de la commune a montré que ces secteurs étaient en effet localisés en zone rouge ou zone hachurée rouge de risque.

Certes les inondations de 1972 étaient exceptionnelles et ne faisaient pas partie des éléments récurrents. Néanmoins elles ne pouvaient être ignorées et auraient dues à minima être évoquées et les risques évalués !

Chapitre III PLUVIOMETRIE pages 22 à 29 :

Il est curieux de constater que la période de référence s’étend de 1971 à 2000 avec en figure 6 des précipitations supérieures à 80 mm en Octobre, donc à priori les très fortes pluies ayant fait l’objet des inondations d’octobre 1972 était forcément connues.

A toutes ces questions je n’obtiendrai aucune réponse,  si ce n’est celle de M. Royère, qui en aura consterné plus d’un dans le public : « et vous qu’avez-vous fait depuis 1972 ? »

Les Gignacais apprécieront !!

Cette réunion publique sera abrégée, compte tenu de l’heure, vers 22 heures !

Lettre du maire aux habitants du Quartier Figuerolles

publié le 09/09/2018

En complément de l’article du Forum ci-dessous, voici copie de la lettre adressée par le maire aux habitants du Quartier Figuerolles

Lettre Maire à Figuerolles

Monsieur le Maire écrit aux habitants du quartier Figuerolles, s’ imaginant sans doute  calmer leur mécontentement, voire leur colère, en les noyant  sous pléthore de documents pour la plupart étrangers à l’attribution du permis de construire de cette énorme cité que sera la « clé des champs ».

« Je ne pouvais pas m’opposer à cette construction sauf à faire un abus de droit, un Maire ne peut s’opposer à un permis qui respecte strictement les règles d’urbanisme sur une zone classée constructible par son prédécesseur ».

CECI est absolument faux! ou alors, qu’il nous explique comment il s’y est pris pour transformer les terrains constructibles de la Pousaraque en terres agricoles et, de la même façon, ceux de Loubatier?  Pourquoi ce qui est possible dans un sens , ne le serait -il pas dans l’autre? Si depuis 2007, il n’y a pas eu de révision du PLU, il ne s’est pas gêné pour  opérer à  plusieurs reprises les modifications partielles qui lui convenaient. C’est ainsi qu’ont été changés les zonages de certaines parcelles (Pousaraques, Roquebarbe, Loubatier!)

Faire croire qu’il était pieds  et poings liés au PLU de son prédécesseur est donc FAUX!  Il fait de nouveau preuve du même machiavélisme que lorsqu’ il affirmait,  lors de sa campagne 2008, que son prédécesseur allait réaliser plus de 1000 logements à Gignac!! Il osait de  surcroît  s’élever farouchement contre tout projet de constructions, car disait-il :

« l’ampleur de grandes opérations immobilières sera lourde de conséquences pour un développement harmonieux et équilibré de notre commune ».

Il se confirme de jour en jour, que  Monsieur Amiraty  s’est fait  propulsé à Gignac  dans le seul but de réaliser ces constructions qui s’élèvent un peu partout dans la ville. Il  a été le seul décideur des emplacements, nous le tenons pour  seul responsable!!!!

ACHAT PAR LA MAIRIE D’UN BIEN SURESTIME

publié le 29/01/2018

Le 12 octobre, la délibération N° 9 du conseil avait soulevé l’indignation de l’opposition (voir rappel ci-dessous) et pour plus de détails, se reporter  au compte-rendu sur ce site.

 A plusieurs reprises déjà les deux groupes Gignac Autrement et celui du FN avaient émis de sévères interrogations sur certaines dépenses extravagantes de la mairie concernant l’achat de terrains et biens immobiliers.

 Devant notre vive réaction et celle du groupe FN, Monsieur le Maire lui-même qualifiera le prix estimé par les « domaine » : abusif ???

 Trop, c’est trop !!!! L’histoire ne s’arrêtera pas là !

 En effet, Madame Cuntigh du groupe FN, experte en immobilier saisira donc l’organisme responsable de l’estimation «France Domaine » par courrier.

 On aurait pu s’attendre à ce qu’un représentant de cet organisme très officiel se soit déplacé avant de donner son estimation ?

 Eh ! bien, non, leur estimation s’est faite sur un dossier et des photos fournis par la mairie !!! (Voir courrier dans le lien suivant –> lettre-mairie-de-gignac-la-nerthe ) !!! Étaient-elles à ce point réussies pour qu’elles aient influencé les experts ?

 On imagine que ces documents ont montré le meilleur angle du site. Comment, alors qu’elle nous annonce des incertitudes budgétaires, la Majorité ose-t-elle : Tout d’abord, ne pas réagir devant le prix extravagant annoncé, et nous le présenter  en conseil ? Pour ensuite admettre que le prix est exagéré ?

 La situation voudrait qu’une nouvelle estimation soit réalisée après visite sur place!  Les Domaines auront-ils été séduits par des clichés trop réussis?

Ces pratiques sont pour le moins déroutantes.

Peut-on  hésiter seulement  entre amateurisme et incompétence ?

 N’oubliez pas, Gignacais, que c’est de  VOTRE argent dont il s’agit et qu’en parallèle des sommes exorbitantes dépensées en transactions immobilières, il y a suppression de Personnel et  autres restrictions dans les services; Même les vœux du Maire à la population ont été supprimés sous prétexte d’économies (Du jamais vu !).

 Pour rappel : Contenu de la délibération concernant cette acquisition ; (N°9- 12 octobre 2017)

 La délibération N° 9 : Dans le cadre du futur Pôle Educatif n°3, cette fois ci, une nouvelle acquisition d’une parcelle de 107 m² comprenant une habitation en R+1 de 61 m²chemin du Vignon pour : 250.000 €.

Nous contestons fermement le choix du lieu d’implantation de ce futur Pôle Educatif et voterons donc CONTRE, tout  en dénonçant au passage,  LE PRIX PLUS QU’ABUSIF de cette acquisition !

La Majorité se réfèrera à l’estimation faite par les Domaines,  mais sera bien obligée d’admettre que le montant est surestimé. Dans ces conditions, comment interpréter les termes du rapport des Domaines qui indique que le montant négocié n’appelle pas d’observation ?

Mme CUNTIGH, du groupe FN, spécialiste de l’immobilier abondera largement en notre sens.

Je rappellerai pour  exemple que ces 107 m² de terrain constructible peuvent  se négocier dans ce quartier AU MAXIMUM à 44.000 €,  et en construction neuve, 61 m² se traitent à 1.200 €/m²  soit, 73.200 €. La valeur de ce lot devrait donc être estimée à : 117 200 €  avec la marge des  10% autorisés soit environ 125.000 € AU GRAND MAXIMUM. (Loin des 250.000 € prônés par les domaines ???!!!)

De quoi être scandalisé et de se poser question sur  les conditions d’estimation des Domaines!!!! .

Vote POUR de la Majorité et CONTRE des groupes GA et FN.

Réunion publique du 29/11/2017 sur le PLUi

publié le 03/12/2017

Il me sera difficile au cours de ce rassemblement dit « démocratique » de faire entendre les arguments de l’opposition.

Inspiré sans doute par l’adage : « Qui ne peut attaquer le raisonnement attaque le raisonneur », M. Amiraty fait ressurgir (sans préméditation ??) le PV d’un conseil municipal datant de plus de dix ans, comportant ma signature en faveur de l’ancien PLU, que lui, rejette ! Ne se rend-il pas compte que le temps change tout ? Que dans le Gignac d’alors, on trouvait du stationnement, des commerces, qu’on circulait sans problème. Je soutiens que notre projet de relier Laure et le vieux Gignac pour en faire un joli bourg, en respectant la « personnalité » de notre commune était une belle idée ! Meilleure en tous cas que ce no man’s land pseudo agricole qu’il veut instaurer. Que dire de l’éparpillement des nombreux immeubles qui s’érigent aux entrées de ville ?

M. Amiraty se pose en chantre de la démocratie, alors que son comportement rompt systématiquement le dialogue ! Il ne cesse de décrire sa vision de notre avenir sans vouloir le rattacher à notre histoire !

Présentation du futur  Plui :

On pouvait noter aux côtés de M. Amiraty, la présence de M. Montagnac, maire de Carry le Rouet et Président du Territoire Marseille-Provence,  ainsi que de l’ensemble des techniciens des administrations : communale, territoriale et Métropolitaine, qui étaient chargés d’une longue présentation suivie  d’échanges avec le public.

A l’issue de celle-ci, M. Amiraty remerciera l’ensemble des services : Ils ont été à l’écoute des exigences et des souhaits de la majorité dans les orientations de ce futur PLUi pour notre commune. Il a insisté  sur le fait d’assumer pleinement  ses projets en accord  avec  sa majorité, « que cela fasse plaisir à certains ou n’en déplaise à d’autres. »

Un parallèle  a été établi  entre l’ancien PLU de 2007 et ce futur PLUi ; Certaines zones à urbaniser ont été réduites au profit de  zones redevenant agricoles. M. le Maire tient à affirmer ainsi son engouement à préserver les terres agricoles de la commune, s’en autoproclamant le  sauveur !

Notons néanmoins que la zone située entre le rond-point des Granettes et Figuerolles va être urbanisée sur le front de la nationale, ce qui entrainera la disparition des entreprises qui y sont installées actuellement. La RN 568 qui borde cette zone sera transformée en boulevard urbain  multimodal. Les secteurs du Tholonet et de la Poussaraque, eux, seront affectés  à l’agriculture pour l’un, et au projet du Garden Lab pour l’autre.

Deux intervenants dans le public expliqueront que ce secteur du Tholonet n’est plus exploité depuis plus de 60 ans car peu fertiles, expliquant ainsi la raison de l’abandon de ces terres. Comment  dès lors ne pas s’interroger sur les récents achats de plusieurs parcelles par la commune dans ce secteur : PLUS d’un million d’euros !  Rappelons qu’aucun candidat à l’exploitation de ces terres ne s’est encore présenté ?

Même si les terres étaient mises gracieusement à disposition, quel jeune agriculteur, même brillant, sortant de l’école agricole de Valabre prise en référence par M. Amiraty, serait capable d’investir à minima 300.000 à 400.000 euros dans du matériel pour pouvoir y travailler ? Evoquer de nouvelles techniques de travail ne suffit pas, encore faut-il avoir les moyens matériels de les mettre en pratique.

De même, sur  les terres argileuses du bas de la Poussaraque, de surcroit très humides, se rajouteront des difficultés pour la mise en œuvre de ce futur Garden Lab. Néanmoins,  souhaitons que ce soit une pleine et entière réussite, ne serait-ce que pour amortir l’Investissement  consenti  à ce jour pour ce projet : pratiquement 1,5 millions d’euros !

En fin de réunion, après avoir remercié de mon côté  l’ensemble des techniciens ayant travaillé sur ce futur PLUi et souligné la pertinence de certaines interventions dans le public, Je me devais de poser la question sur les éventuelles infrastructures routières liées à ce PLUi. En effet, hormis le futur boulevard urbain multimodal sur la RN 568 et dans un autre futur, sur la RN 368 au niveau de Laure, rien n’a été évoqué au sujet du trafic de plus en plus dense sur notre commune,  qui paralyse la circulation  aux heures de pointe. L’arrivée prochaine du pôle éducatif de Gignac, desservi par un seul accès, ainsi que celui de Laure enclavé au cœur du noyau villageois, laisse présager un engorgement encore plus conséquent.

C’est là que M. Amiraty, fidèle à ses habitudes fera, une fois de plus, référence au passé. Il expliquera qu’il tenait à la disposition du public le compte rendu du conseil municipal (cité en préambule) en suggérant que l’ancienne équipe avait certainement réfléchi aux conditions de circulation concernant le projet de la Poussaraque. Encore des désirs de plagiat ? Il laissera la parole à Mme Ferrarin qui, elle, nous expliquera en synthèse que rien ne sert de créer des voies supplémentaires qui, ne feraient qu’aggraver les conditions de circulation (sic).

Comment imaginer alors que ce futur boulevard multimodal sur la RN 568 pourrait apaiser la circulation, lorsque l’on connait les bouchons au quotidien sur le secteur du quartier Saint Louis ? Que penser, lorsque de surcroit on va urbaniser totalement le front de cet axe déjà très chargé avec les 220 logements de Figuerolles et ceux à venir ?

Le nouveau jeu de M. le Maire : Créer l’expectative en évoquant sa « réflexion actuelle » Se présentera-t-il  ou non aux suffrages de 2020 ou 2021, effleurant au passage, la corde sensible de l’éloignement de sa famille entre autre, ce qui lui facilitera la chose pour assumer pleinement ses choix du moment !

Clôture de cette réunion vers 21h00

VALLS à Gignac

publié le 11/09/2016

Vous le savez, les élus de l’opposition dans les petites villes, en fonction du décompte des voix, s’ils ont possibilité de voter contre des décisions de la mairie au moment des conseils, ont peu de pouvoir en réalité.

M. Amiraty m’ayant prévenu le mardi 6 septembre 2016 à 17h35 de la venue de M. Valls, sans pour autant m’en préciser l’heure, il m’était difficile de m’organiser dans un délai aussi court. J’ai d’ailleurs peine à croire que M. Amiraty ait été informé la veille à 21h30 par M. Le préfet, alors que dès le lundi matin, le tout Marseille était déjà au courant de cette visite. Je peine également à croire qu’un Premier Ministre puisse dans un délai aussi court, décider d’un tel déplacement.

Nous ne sommes pas dupes, les futures échéances électorales sont à l’origine de sa venue sur notre commune. Battre le terrain où les affinités sont encore très fortes pour essayer de préparer 2017 en recollant les morceaux d’une gauche disloquée, sans oublier les législatives qui pourraient tenter certaines personnes.

M. Amiraty n’a pas souhaité avertir la population de la venue du premier ministre considérant que la presse locale suffirait, alors que dans bien d’autres circonstances, les panneaux électroniques de la ville et les panneaux d’affichage sont utilisés à plein régime. En fait, M. Valls est juste venu servir d’alibi à notre maire pour qu’il poursuive le programme pour lequel il avait été parachuté de Marseille à Gignac. Je vous ai prévenus dès 2013 à maintes reprises de ce qui allait se passer côté immobilier dans notre ville et les 220 logements sociaux annoncés sont issus de 10 projets immobiliers sur notre commune pour un total de 550 logements : tout un art que de manipuler les chiffres devant les médias !!!

Le maire étant réélu, il avait les mains libres pour encore SIX ans !!!

Les dés sont jetés depuis longtemps dès lors où une partie des Gignacais a laissé les rênes à cet homme qui a toujours œuvré dans les milieux associatifs prônant, en initié, les futurs projets du gouvernement.

Rencontrer Manuel Vals alors que nous avons contesté le contrat de mixité sociale? Quel intérêt pour les Gignacais, manipulés par un maire qui a décidé de saccager la ville, un ministre qui a décidé de pourrir la France et qui s’est fait huer par ses propres amis à Marseille le jour même !

Rappelez-vous lorsque M. Amiraty nous expliquait lors de son discours de présentation des vœux à la population le 16 janvier 2008, je cite : «  S’il faut construire, il faut le faire de manière modérée, et c’est pour cela que je refuse une augmentation forte de notre population, car je considère que, trop brutale elle est de nature à créer des désordres urbains, des désordres sociaux et nuire ainsi à la qualité de vie des habitants de notre commune ». Que faut-il comprendre aujourd’hui en analysant de tels propos ?

Je continue malgré tout à œuvrer pour nous tous, par des contacts avec différents services du gouvernement pour tenter d’atténuer les méfaits de certains emplacements. La tâche est ardue face à une cohésion gouvernementale de fin de mandat.

Je persiste : Attention  aux prochains votes !

Dernière minute, Logements à Gignac !

publié le 12/03/2016

Bien peu de public pour ce « Direct avec le maire » jeudi soir !

A peine 200 personnes pour occuper les 240 sièges mis à disposition. Déduction faite des habitués que l’on croise à quasiment toutes les manifestations de la commune, peu de Gignacais se sont déplacés pour tenter de comprendre à quelle sauce nous allons être mangés. Cela me semble bien regrettable.

Serait-ce un signe de rejet de la politique actuelle de l’équipe municipale ? Un écœurement devant la débauche de moyens déployés à chacune de ses manifestations avec affiches et  banderoles dans toute la commune,  articles dans le Vivournet et même un mini journal de dernière minute. Mais aussi, le comble, des panneaux fléchés pour indiquer aux Gignacais où se trouve le Gymnase de la Viguière, (au cas où ils ne se perdraient ?). On nous prend vraiment pour des idiots et tout cela à nos frais !

Nous avons encore eu droit à un show théâtral, dont le Maire est coutumier !

Pour débuter la séance, jouant les timides, M. Amiraty nous explique la difficulté pour lui de l’exercice qu’il s’apprête à faire devant nous ! Je n’ai  pu m’empêcher de mettre l’accent sur le fait, qu’au contraire, on le connait rompu à ce type d’exercice et que personne ne sera dupe !

Tous les sujets ont été balayés : les finances avec M. Pernin, l’Education avec Mme Achhab, le Commerce avec M. Gonzalès, M. Croce pour la Voirie et M. Amiraty pour la Sécurité.

Le sujet principal fût la problématique des logements sur notre commune avec un focus sur les logements sociaux. Dans une mascarade préparée de longue date, M. Amiraty nous expliquera qu’après cinq mois de négociations avec les différents services de l’état, seuls 220 logements sociaux seront réalisés d’ici 2019 et que 15 logements sociaux seront réalisés chaque année au-delà de cette année. Il se reprendra,  suite à mon intervention, pour corriger ce nombre de 15  à 25 par an au-delà de 2019.

Je n’ai pas pu m’empêcher une nouvelle fois de souligner son parcours au sein de nombreuses associations et de centres sociaux sur Marseille agissant dans les secteurs du logement et de l’insertion sociale (l’UDAF, l’UNAF, la CGL, l’ADRIM et l’ADL), de lui rappeler également ses amis « Clientélistes » Guérini, Caseli et Buroni avec lesquels il a préparé ces constructions massive de logements sur notre commune de longue date, le tout concrétisé par la signature en Juin 2013 d’une convention avec l’EPF PACA pour la réalisation de 200 logements sociaux sur notre commune donnant ainsi les clés de la ville à un organisme pour réaliser à sa place ces logements sociaux : en voilà  déjà 220, preuve s’il le fallait, que tout était déjà programmé comme je l’avais dénoncé dès 2013.

Et, jeudi soir, M. Le Maire voulait nous convaincre, après avoir créé le problème lui-même, qu’il a enfin pu négocier et trouver un accord sur 220 logements sociaux, ce qui devrait nous amener à environ 620 logements au total pour l’instant. Mais combien d’autres  verront le jour d’ici 2019 et après ?

J’ai mis l’accent sur sa triste méthode d’annoncer le pire pour finalement se poser en sauveur, à la façon des politiques qui l’ont formé et soutenu.

A propos de la révision du PLU :

Contrairement aux affirmations mensongères réitérées dans le mini journal distribué sur la commune, j’affirme que M. Amiraty avait la possibilité de demander une révision du PLU dès son arrivée en 2008. Il aurait pu aussi le faire en 2009, en 2010, en 2011, etc, etc et ce, jusqu’à la mise en application du décret de la loi ALUR en date du 24 mars 2014.

POURQUOI ne l’a t-il pas fait si le PLU de 2007 ne lui  convenait pas ?

Sinon parce qu’il ne  VOULAIT RIEN FAIRE, Si ce n’est  mener à bien des projets de constructions massives de logements sociaux sur notre commune !!!

NON M. le Maire, contrairement à vos affirmations, nous ne sommes pas dans l’ignorance et si quelqu’un doit être atterré, c’est bien l’opposition . JE CONNAIS DEPUIS FORT LONGTEMPS LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE RÉVISION ET UNE MODIFICATION. Les services de la communauté urbaine ont encore confirmé tout récemment que vous auriez pu à tout moment demander une révision du PLU de 2007, mais il vous est plus profitable d’accuser vos prédécesseurs de tous les maux que vous apportez à notre ville.

Les Gignacais et Gignacaises ne sont pas dupes : STOP aux  manipulations politiciennes Assumez enfin vos responsabilités !!!

Bientôt 500 logements sociaux à Gignac !

publié le 24/01/2016

Lors de ses vœux à la population M. Amiraty fuit une nouvelle fois sa responsabilité dans ce qui va arriver sur notre commune. Fidèle à ses mauvaises manières jurant à qui veut l’entendre que seul l’avenir de notre commune l’intéresse et qu’il vous aime et qu’il aime aussi ceux qui ne l’aiment pas, il ne peut s’empêcher une nouvelle fois de mettre en cause le PLU de 2007 voté par son prédécesseur pour nous expliquer l’arrivée massive de 500 logements sociaux sur notre commune.

Pratiquement une décennie s’est écoulée depuis son élection et il s’entête à vous convaincre que lors de la campagne des municipales de 2008 il avait dénoncé les 1000 logements soi-disant projetés par son prédécesseur.

MAIS ALORS, M. Amiraty qu’avez-vous donc fait pendant toutes ces années si vous saviez ce qui allait arriver ? Pourquoi n’êtes-vous pas intervenu  pour empêcher cela ? Pourquoi ne pas avoir bloqué tous ces projets dès la révision du PLU de 2009 que vous avez engagé, car vous l’avez rappelé vous-même en public, si une modification du PLU ne peut pas changer  le zonage,  par contre une révision le permet. Vous évoquez également la communauté urbaine qui selon vous,  est seule à pouvoir décider d’une révision du PLU, ce qui a été le cas en 2009 avec une majorité socialiste, alors représentée par son président M. Caseli et dont vous étiez le vice-président; Pourquoi n’avoir rien fait à ce moment là, puisque vous saviez ? Pourquoi ne pas voir bloqué également tous ces projets lors des modifications du PLU de 2013, puisque  vous avez  pu « geler » des projets lors de la récente modification du PLU en novembre 2015 ?

Vous n’avez rien fait parce que VOUS NE VOULIEZ RIEN FAIRE ! Par contre, vous aviez la volonté dès votre arrivée à Gignac de promouvoir les logements sociaux, vous aviez la volonté de mettre à exécution les plans dictés par les instances politiques du moment auxquelles vous apparteniez et que vous dénoncez curieusement aujourd’hui sentant l’étau se resserrer sur vous !

Il est trop tard M. Amiraty, votre passé vous a rattrapé et vous assumerez SEUL la responsabilité de l’avenir de Gignac que vous aimiez ou pas les Gignacais, que l’on vous aime ou pas !

M. Amiraty, je ne rappellerai pas votre parcours au sein de nombreuses associations faisant l’apologie de l’insertion par le logement social, ni votre implication dans les différentes conventions que vous avez signées avec l’état pour favoriser la réalisation de logements sur notre commune, pas plus que cette loi absurde dite SRU que vous aviez jusqu’alors toujours soutenue, ni du vilain Préfet, détails que les lecteurs retrouveront dans mon précédent article « Alerte l’état passe à l’offensive ou l’arroseur arrosé ».

De grâce cessez vos manipulations politiciennes et assumez enfin vos responsabilités !!!

Les Gignacais et Gignacaises ne sont pas dupes et ce combat dans lequel vous voulez les engager contre Monsieur le vilain Préfet aurait dû l’être dès 2008 à votre arrivée aux affaires de notre commune. Aujourd’hui, vous avez renié votre appartenance politique, vos décisions passées aux lourdes conséquences pour notre commune, par  manque d’honnêteté et de courage, pris à votre propre piège, vous voulez impliquer les Gignacais, afin de ne pas assumer SEUL, vos responsabilités !

Maître dans l’art de la manipulation et de la victimisation, M. Amiraty tente une fois encore de nous associer à son combat et voudrait nous convaincre, que dorénavant il faudra se battre avec lui pour éviter le pire nous faisant ainsi partager la responsabilité de ce qui arrivera à Gignac. Nul doute qu’il utilisera comme à son habitude plusieurs pages du prochain Vivournet pour vous en convaincre encore plus !

La tactique est récurrente chez tous les politiques, tout ce qui est négatif provient des gestions antérieures….

ALERTE L’ETAT PASSE A L’OFFENSIVE OU L’ARROSEUR, ARROSE !

publié le 27/11/2015

Vous avez peut-être lu avec attention le dernier Edito du Maire  dans le tout récent VIVOURNET n°26.

M. Amiraty tente une nouvelle fois de fuir ses responsabilités, tentant  de se justifier  en affirmant « je n’ai rien à vous cacher »….

COMPRENDRE : je  ne PEUX PLUS rien vous cacher… !

Par cet Edito pleine page, suivi d’un tract grand format double page diffusé dans presque ???? tous les quartiers, et ce soir lors d’un show à sa façon,  il nous a présenté sa version au sujet des projets de constructions sur notre commune : l’étau se resserre …

Maître dans l’art de la manipulation et de la victimisation, il gesticule  et, à grands effets d’annonce, voudrait vous convaincre, que dorénavant tout ce qui arrivera à Gignac ne sera pas de son fait. La faute à qui, alors ?  Tout d’abord au gouvernement et, toujours  fidèle à ses mauvaises manières, à Christophe De Pietro ! En m’attribuant pour la énième fois la responsabilité  d’un vote de la révision du P L U en 2007, présentée par la CUM et le maire sortant.  J’étais alors en 18ème position sur la liste comme conseiller municipal ;  Mais, Mme Mongaillard qui était à l’époque adjointe,  a également voté cette révision !!! Le lui reproche-t-il aujourd’hui  alors qu’elle fait partie de  son équipe ???

La tactique est récurrente chez tous les politiques, tout ce qui est négatif provient des gestions antérieures….

Souvenez-vous : dès les élections municipales de 2008 sur Gignac où il a été parachuté depuis Marseille, il accusait à tort le maire sortant Claude Frigant de vouloir construire 2000 logements, alors que lors d’une interview télévisée entre Olivier Mazerrolle et Nicolas Sarkozy en 2005, lui-même, prenait la parole, défendait bec et ongle les logements sociaux et demandait le triplement de l’amende pour non-respect des quotas.

Extrait de cette interview :

« OLIVIER MAZEROLLE : Monsieur SARKOZY, je vous propose maintenant de m’accompagner parce que nous allons aller vers les Français sélectionnés parmi les lecteurs de OUEST-FRANCE et du PROVENÇAL qui vont vous poser des questions. La règle du jeu, elle est simple, mais elle est importante : Question 40 secondes maximum, réponse 1minute30 maximum. Vous avez le chronomètre devant vous, à 1minute30, moi, j’arrête, je suis obligé parce que, sinon, je me fais engueuler.

NICOLAS SARKOZY : Et vous croyez que c’est simple ?

QUESTION : … Rires… La première question, elle vous est posée par Monsieur AMIRATY. Vous venez de Marseille et vous présidez une association pour le logement.

CHRISTIAN AMIRATY, LECTEUR LA PROVENCE : Je viens de Gignac-la-Nerthe, à côté de Marseille. Effectivement, je suis président d’une association qui s’appelle l’Adrim, qui travaille dans le domaine de l’insertion. Monsieur SARKOZY, les Français savent se montrer très généreux lorsqu’il s’agit de se mobiliser pour une grande cause humanitaire, je pense notamment à l’Asie, ou encore pour de grands élans de solidarité tels que le Téléthon ou bien aussi les Restaurants du Cœur. A contrario, lorsqu’il s’agit d’accepter qu’il y ait des logements sociaux à côté de leur habitation, là, ils deviennent, la plupart du temps, franchement hostiles. Pensez-vous donc qu’il existe ou qu’il émerge en France une véritable peur des pauvres ? Deuxième question : Que proposez-vous pour que chaque Français puisse avoir un toit en fonction de ses revenus ? Par exemple, est-ce que vous êtes d’accord de tripler les pénalités financières pour les communes qui ne respectent pas la loi qui les oblige à faire de la construction de l’offre locative sociale ?

Vous trouverez l’intégralité de cette interview par le lien suivant —>  http://discours.vie-publique.fr/notices/053001277.html

En cherchant un peu vous trouverez également la bande sonore de cette interview sur le net, bande sonore que je tiens également à votre disposition.

Rappelons tout de même le parcours de M. Amiraty avec plus de 40 années passées au service du Parti Socialiste, Guériniste émérite, Président de nombreuses associations et de centres sociaux sur Marseille agissant dans les secteurs du logement et de l’insertion sociale, membre du bureau de l’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales Françaises ou Etrangères des BdRh), membre de la commission sociale de l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales Françaises ou Etrangères), membre du bureau National,(excusez du peu), de la Confédération Générale du Logement, président de l’ADRIM agissant dans le secteur de l’Insertion, du développement de solution de logement en direction de populations spécifiques (demandeur d’asile) et l’accompagnement au logement et enfin Président de l’ADL sur Marseille transférée sur Gignac dans les conditions que peu d’entre vous connaissent, association agissant également dans le secteur de l’insertion sociale et du logement, association qui lui aura servi de tremplin politique sur notre commune de Gignac, association qui vient de disparaître récemment suite à des règlement de comptes avec sa Présidente Mme Ferrandiz.

Rappelons également, comme nous l’avions dénoncé à maintes reprises, la signature par M. Amiraty dès Juin 2013, d’une convention avec l’EPF PACA, visant la promotion de la réalisation de 200 logements sociaux sur notre commune, suivie de nombreuses réunions auxquelles nous, élus de l’opposition, n’avons jamais été conviés. Egalement, la révision du PLU en octobre 2013 afin de débloquer du foncier à des fins d’opérations immobilières à vocations sociales et confirmé par le bilan 2013 du PLH 2012-2018 validé par son ami Eugène Caseli alors Président de MPM. A tout cela, il convient également d’évoquer la loi SRU qu’il a toujours soutenue et que l’actuel gouvernement a durcie d’une manière grotesque sans prendre en compte les problématiques rencontrées, les spécificités de chaque commune en la matière, et des conséquences désastreuses qu’elles auront !

Et, ce soir, M. Le Maire s’insurge contre cette loi, qu’il juge stupide ! Virage à 360°.

Il voudrait nous convaincre qu’il mène depuis un an, un combat (et avant ???? ?)  qui permettra à Gignac  de passer des 1228 logements  supplémentaires projetés à seulement 538, tout en ne pouvant  pour autant le garantir !

Aujourd’hui, reniant ses décisions passées,  aux lourdes conséquences pour notre commune, par  manque d’honnêteté et de courage, pris à son propre piège, il veut impliquer les   Gignacais, afin de ne pas assumer SEUL, ses responsabilités, conscient que ses dossiers dérangent et qu’il ne peut désormais plus entretenir le « flou » autour de ces derniers !

Alors que les finances de la commune sont « tendues », il orchestre cette réunion publique aux frais des contribuables Gignacais avec la complicité d’un animateur et se pose en victime. Brandissant la menace du « vilain Préfet » qui va prendre la main sur la commune, les permis de construire pour réaliser à sa place plus de logements sociaux. il nous demande de signer une pétition contre la loi SRU, à disposition dans la salle !

ALORS QUE, durant toutes ces années passées,  il n’a eu de cesse de provoquer cette situation !

Comme je l’ai toujours affirmé, je ne suis pas contre les logements mais sous une forme pavillonnaire, qui préserverait le caractère villageois de notre commune. Leur implantation ne doit pas être source de futures nuisances pour ces nouveaux habitants qui souffriront tôt ou tard : Pour exemple le projet du boulodrome Pucetti, où vivre en bordure de l’axe très fréquenté qu’est la nationale 368 qui traverse notre commune, deviendra vite un calvaire.

Cette mixité sociale que M. Amiraty prônait depuis toujours et qu’il dénonce aujourd’hui, ce bien et mieux vivre ensemble dans notre commune au caractère villageois conservé, et bien ce bonheur ne sera réel que lorsqu’il sera souhaité, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Il est trop tard M. Amiraty, votre passé vous a rattrapé et venir demander aujourd’hui l’avis des Gignacais et de vous aider dans votre combat, ne relève une fois de plus, que de manipulation politicienne afin vous dégager de vos responsabilités !!!

Ce que Mme Achhab (élue de la Majorité) oublie de vous dire concernant l’aire des gens du voyage

publié le 24/07/2015

Il est bien regrettable que cette majorité prenne des dispositions supplémentaires  contre l’installation illégale des gens du voyage sur notre commune, après le départ des caravanes qui avaient investi en force un terrain communal. Ces occupations illégales étant récurrentes et de plus en  plus envahissantes  depuis quelques années,  Il aurait été bien plus judicieux de prendre des décisions avant….

N’oublions pas  que dès leur investiture en 2008, ces nouveaux élus,  par la voix  de Monsieur  Croce fustigeait la précédente Majorité, de ne pas avoir résolu ce problème,  affirmant dès les premiers conseils municipaux, qu’avec eux, une  aire d’accueil serait réalisée avant fin 2008 !!!!

Déjà un engagement non tenu ! Rien n’a été fait en 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 …..

En 2013, sur proposition de M. Amiraty, , alors que nous avions comme seule obligation légale de réaliser une aire  de 15 places,  « sa » majorité acceptera la création d’une aire des gens du voyage de 45 places sur notre seule commune,  dans le but d’y accueillir aussi ceux qui auraient dû stationner à Ensuès la Redonne, Châteauneuf les Martigues, Carry le Rouet et Sausset les Pins. Belle aubaine pour nos voisins !!

A nos interrogations sur les raisons de cet accord, nous n’avons jamais eu de réponses, pas plus que  sur  celles de son implantation en face du centre équestre du Bayon.

Savez-vous que l’étude pour ce projet a été réalisée pour environ 80.000 € et que les procédures d’expropriations ont été engagées par la majorité en 2013 ?

L’avenir :

Compte tenu des réticences des communes à réaliser ce type d’installation, l’Etat a décidé que ces projets relèveraient de la compétence des communautés de communes et a donc dissout le syndicat qui avait été créé pour la circonstance. (À compter de mars 2014)

Le projet Amiraty, toxique  pour Gignac, est de ce fait, suspendu pour le moment. La Majorité fuyant leurs responsabilités, en profite pour attribuer la responsabilité et les problèmes liés aux arrivées massives de caravanes à la CUMPM, bien que les maires soient toujours en charge de la sécurité et tranquillité de leurs administrés et de faire  respecter les lois.

Entendons-nous bien, je n’ai jamais contesté le caractère légal de l’obligation de créer une aire des Gens du Voyage sur notre commune, contrairement à ce dont  veut vous convaincre Mme Achhab. Par contre j’ai toujours contesté son implantation sur notre seule commune ainsi que l’emplacement choisi, projet qui n’apporterait que des nuisances aux Gignacais de ce quartier, et condamnerait la possibilité d’étendre un développement « pavillonnaire » par l’ouest de notre commune.

Nous devrons effectivement répondre aux obligations légales en  matière d’accueil, et  s‘il me semble aberrant d’attribuer à notre ville seule, toute la responsabilité de l’accueil de cinq villes. Aujourd’hui, en ma qualité de Président de Commission des équipements d’intérêts communautaires à la CUMPM,  je poursuis mon combat afin  que cette aire des gens du voyage soit réalisée à un emplacement plus propice que celui prévu aujourd’hui, car je considère qu’il en va des intérêts de notre ville.  N’y voir aucune revanche, argument souvent évoqué à chaque  mise au point ou contradiction par les élus de la Majorité !!!

Mais demain, qu’adviendra t-il de ce projet avec la mise en place de la Métropole ???

POLEMIQUE A L’URBANISME

publié le 22/04/2015

Dans mon précédent compte-rendu du  Conseil Municipal du 9 avril 2015, je m’étais étonné des virulentes agressions verbales de Monsieur le maire à mon encontre,  lors de ma question sur la participation et éventuellement la réussite au concours  d’attachée niveau 1, de l’actuelle « directrice » du service Urbanisme.

Je fus renvoyé vers l’administration!

Un rendez-vous me fut fixé à  douze jours ….., soit le 21 avril ;

Le DGS et le DRH, m’ont enfin expliqué que cette employée avait bien passé son concours fin 2010, début 2011 (???), sans toutefois l’obtenir.

Information complétée par le fait qu’étant contractuelle, rien ne l’obligeait à le passer ni à le réussir, si ce n’est la perspective d’ intégrer la fonction publique.

Réponse simple, qui ne justifiait pas autant de mystère à mon sens, encore moins l’emportement de M. Amiraty à ma question !

Comprenne qui pourra !

Quant à son absence actuelle, pour celles et ceux qui s’en inquièteraient,  elle serait simplement en arrêt  maladie. Version officielle du maire !

A suivre…..