2014 Gignac Autrement Christophe DE PIETRO

Nous écrire : 2014-gignac-autrement@laposte.net

Réunion publique du 29/11/2017 sur le PLUi

publié le 03/12/2017

Il me sera difficile au cours de ce rassemblement dit « démocratique » de faire entendre les arguments de l’opposition.

Inspiré sans doute par l’adage : « Qui ne peut attaquer le raisonnement attaque le raisonneur », M. Amiraty fait ressurgir (sans préméditation ??) le PV d’un conseil municipal datant de plus de dix ans, comportant ma signature en faveur de l’ancien PLU, que lui, rejette ! Ne se rend-il pas compte que le temps change tout ? Que dans le Gignac d’alors, on trouvait du stationnement, des commerces, qu’on circulait sans problème. Je soutiens que notre projet de relier Laure et le vieux Gignac pour en faire un joli bourg, en respectant la « personnalité » de notre commune était une belle idée ! Meilleure en tous cas que ce no man’s land pseudo agricole qu’il veut instaurer. Que dire de l’éparpillement des nombreux immeubles qui s’érigent aux entrées de ville ?

M. Amiraty se pose en chantre de la démocratie, alors que son comportement rompt systématiquement le dialogue ! Il ne cesse de décrire sa vision de notre avenir sans vouloir le rattacher à notre histoire !

Présentation du futur  Plui :

On pouvait noter aux côtés de M. Amiraty, la présence de M. Montagnac, maire de Carry le Rouet et Président du Territoire Marseille-Provence,  ainsi que de l’ensemble des techniciens des administrations : communale, territoriale et Métropolitaine, qui étaient chargés d’une longue présentation suivie  d’échanges avec le public.

A l’issue de celle-ci, M. Amiraty remerciera l’ensemble des services : Ils ont été à l’écoute des exigences et des souhaits de la majorité dans les orientations de ce futur PLUi pour notre commune. Il a insisté  sur le fait d’assumer pleinement  ses projets en accord  avec  sa majorité, « que cela fasse plaisir à certains ou n’en déplaise à d’autres. »

Un parallèle  a été établi  entre l’ancien PLU de 2007 et ce futur PLUi ; Certaines zones à urbaniser ont été réduites au profit de  zones redevenant agricoles. M. le Maire tient à affirmer ainsi son engouement à préserver les terres agricoles de la commune, s’en autoproclamant le  sauveur !

Notons néanmoins que la zone située entre le rond-point des Granettes et Figuerolles va être urbanisée sur le front de la nationale, ce qui entrainera la disparition des entreprises qui y sont installées actuellement. La RN 568 qui borde cette zone sera transformée en boulevard urbain  multimodal. Les secteurs du Tholonet et de la Poussaraque, eux, seront affectés  à l’agriculture pour l’un, et au projet du Garden Lab pour l’autre.

Deux intervenants dans le public expliqueront que ce secteur du Tholonet n’est plus exploité depuis plus de 60 ans car peu fertiles, expliquant ainsi la raison de l’abandon de ces terres. Comment  dès lors ne pas s’interroger sur les récents achats de plusieurs parcelles par la commune dans ce secteur : PLUS d’un million d’euros !  Rappelons qu’aucun candidat à l’exploitation de ces terres ne s’est encore présenté ?

Même si les terres étaient mises gracieusement à disposition, quel jeune agriculteur, même brillant, sortant de l’école agricole de Valabre prise en référence par M. Amiraty, serait capable d’investir à minima 300.000 à 400.000 euros dans du matériel pour pouvoir y travailler ? Evoquer de nouvelles techniques de travail ne suffit pas, encore faut-il avoir les moyens matériels de les mettre en pratique.

De même, sur  les terres argileuses du bas de la Poussaraque, de surcroit très humides, se rajouteront des difficultés pour la mise en œuvre de ce futur Garden Lab. Néanmoins,  souhaitons que ce soit une pleine et entière réussite, ne serait-ce que pour amortir l’Investissement  consenti  à ce jour pour ce projet : pratiquement 1,5 millions d’euros !

En fin de réunion, après avoir remercié de mon côté  l’ensemble des techniciens ayant travaillé sur ce futur PLUi et souligné la pertinence de certaines interventions dans le public, Je me devais de poser la question sur les éventuelles infrastructures routières liées à ce PLUi. En effet, hormis le futur boulevard urbain multimodal sur la RN 568 et dans un autre futur, sur la RN 368 au niveau de Laure, rien n’a été évoqué au sujet du trafic de plus en plus dense sur notre commune,  qui paralyse la circulation  aux heures de pointe. L’arrivée prochaine du pôle éducatif de Gignac, desservi par un seul accès, ainsi que celui de Laure enclavé au cœur du noyau villageois, laisse présager un engorgement encore plus conséquent.

C’est là que M. Amiraty, fidèle à ses habitudes fera, une fois de plus, référence au passé. Il expliquera qu’il tenait à la disposition du public le compte rendu du conseil municipal (cité en préambule) en suggérant que l’ancienne équipe avait certainement réfléchi aux conditions de circulation concernant le projet de la Poussaraque. Encore des désirs de plagiat ? Il laissera la parole à Mme Ferrarin qui, elle, nous expliquera en synthèse que rien ne sert de créer des voies supplémentaires qui, ne feraient qu’aggraver les conditions de circulation (sic).

Comment imaginer alors que ce futur boulevard multimodal sur la RN 568 pourrait apaiser la circulation, lorsque l’on connait les bouchons au quotidien sur le secteur du quartier Saint Louis ? Que penser, lorsque de surcroit on va urbaniser totalement le front de cet axe déjà très chargé avec les 220 logements de Figuerolles et ceux à venir ?

Le nouveau jeu de M. le Maire : Créer l’expectative en évoquant sa « réflexion actuelle » Se présentera-t-il  ou non aux suffrages de 2020 ou 2021, effleurant au passage, la corde sensible de l’éloignement de sa famille entre autre, ce qui lui facilitera la chose pour assumer pleinement ses choix du moment !

Clôture de cette réunion vers 21h00