2014 Gignac Autrement Christophe DE PIETRO

Nous écrire : 2014-gignac-autrement@laposte.net

Compte rendu du Conseil municipal du mardi 25 juillet 2017

publié le 01/08/2017

En l’absence de M. Amiraty et de nombreux élus de la majorité (M.Croce,M. Pernin, Mme Ferrarin, M. et Mme Gonzalès, Chazeau), c’est M. de Vita qui a présidé ce Conseil Municipal un peu exceptionnel et directement lié à la décision de dernière minute prise par la majorité de revenir à la semaine scolaire des 4 jours abandonnant ainsi les TAP.

En préambule de ce conseil, M. de Vita a évoqué l’incendie qui s’est déclaré en fin d’après-midi à l’est sur notre commune à la hauteur du rond-point de Rébuty. Compte tenu du départ de feu jouxtant la route, il a fort à parier qu’un mégot soit encore à l’origine de cet incendie. Quelques interventions suivront pour faire part de la colère engendrée par  de tels actes d’incivismes.

Ensuite, nous évoquerons la « disparition » des platanes centenaires qui se trouvaient sur le Boulodrome Pucetti. M. de Vita et M. Royère dans une colère contenue nous expliqueront que le promoteur n’a pas respecté ses engagements car ces platanes devaient être conservés voire déplacés en fonction du projet, mais en aucun cas « abattus ». Nous poserons la question sur le formalisme de cet engagement sur le permis de construire et il nous sera confirmé que cet engagement a bien été formalisé. Un rendez-vous avec le promoteur devait avoir lieu en mairie le jeudi 27 juillet afin d’étudier les mesures compensatoires en sachant, comme l’a expliqué M. Royère, que dans ces dimensions (environ 80 cm de diamètre) il fallait compter environ 12000 € l’arbre. Il ne nous reste plus qu’à espérer que la ville aboutisse  dans ce dossier,  afin de faire réparer le préjudice subi, à défaut  de pouvoir faire mieux. Nous avons néanmoins proposé à minima pour l’instant, de faire procéder à un constat d’huissiers ET de s’enquérir des services d’une association de défense des arbres « centenaires » ! Nous adresserons une lettre à Monsieur le Maire en ce sens !

Le procès-verbal du précédent conseil municipal n’étant pas rédigé, il ne sera pas soumis à l’approbation de l’assemblée. Compte tenu du fait que seulement deux délibérations étaient à l’ordre du jour, M. de Vita nous expliquera qu’ils ont préféré faire l’économie de la sténotypiste, mais que ce conseil serait retranscrit malgré tout. Ensuite deux délibérations ont été soumises à l’approbation des élus, les décisions municipales ne donnant pas lieu au vote.

La délibération N° 1 concernait une autorisation à Monsieur le Maire pour la signature de la convention relative à l’organisation des transports scolaires entre la Métropole Aix-Marseille-Provence et la commune de Gignac la Nerthe.

Nous poserons la question sur cette décision tardive de la municipalité de revenir à la semaine à 4 jours alors que toutes les communes environnantes ont largement anticipé sur cette possibilité donnée aux communes sans qu’elles aient attendu la parution du décret officiel. Quid de cette décision tardive à laquelle nous n’aurons pas de réponse.

Mme Achabb se contentera de nous répondre en fin de conseil, en reprenant in extenso  les termes de l’EDITO du dernier Vivournet pour  seule justification. Elle  évoquera pourtant le fait que ce sujet était à l’ordre du jour de tous les derniers conseils de classes et que pratiquement la totalité de ces derniers s’accordaient sur le fait de revenir à la semaine à quatre jours. Mais alors pourquoi une décision si tardive ? Qui plus est, sous la pression de l’académie, car seule Gignac la Nerthe était restée sur la semaine à 4,5 jours, ce qui mettait «  la panique » par rapport aux autres communes environnantes en impactant l’organisation des garderies du matin, des centres aérés, des transports, etc, ….

Mécontentement des familles qui s‘étaient déjà organisées pour la rentrée, annulation de tous les dossiers d’inscription, ré inscription pour tous et réquisition de l’administration avec retardement des prises de congés, pour rattraper le surcroît de travail lié cette décision tardive qui pourtant devrait faire faire des économies à notre commune.

Les explications de Mme Achabb  ne nous ont pas convaincus ……. Anticiper c’est prévoir, et prévoir c’est gérer !

Vote à l’unanimité.

La délibération N° 2 concernait une convention entre la Région Provence Alpes Côte d’Azur et la commune de Gignac la Nerthe.

Vote à l’unanimité.

En fin de conseil et pour revenir sur l’actualité des incendies, j’ai posé la question sur l’existence ou pas d’un arrêté municipal relatif aux éventuelles obligations de nos agriculteurs en période de moissons.

En effet, les champs de blé qui bordent souvent nos routes sont parfois moissonnées tardivement avec plus ou moins de réussite si l’on regarde la hauteur des brins subsistants. De plus, la paille reste au sol plusieurs semaines avant d’être mise en botte accroissant ainsi les risques d’incendie et leurs conséquences pour celles et ceux qui comme moi et bien d’autres habitent en ras campagne.

Face à mon inquiétude, ma remarque a attiré l’attention, l’administration devrait faire des recherches et mener une éventuelle réflexion qui de mon point de vue devra se faire avec les agriculteurs. Le but étant non pas de les contraindre, mais d’analyser leur problématique et de trouver d’éventuelles solutions pour les résoudre.

Clôture de ce conseil municipal vers 20h15