2014 Gignac Autrement Christophe DE PIETRO

Nous écrire : 2014-gignac-autrement@laposte.net

Compte rendu Conseil municipal du jeudi 10 novembre 2016

publié le 16/11/2016

Ce conseil débutera par l’approbation du procès-verbal du conseil  municipal précédent.

Suivront  la lecture des décisions du Maire qui n’appellent aucun vote  et 7 délibérations  soumises à l’approbation des élus.

La Délibération N° 1, concernant la création de l’organigramme des services de la ville,  devrait permettre à tout un chacun de pouvoir comprendre et orienter ses éventuelles démarches auprès des services de la ville. Nous avons approuvé cette décision en souhaitant  toutefois, qu’apparaissent des noms, des N° de téléphone et adresses de courriels utiles qui n’y figurent pas actuellement. Il nous a été affirmé que ce document  serait complété très prochainement.

Nous voterons : POUR avec la Majorité, seul le FN s’abstiendra ?

La Délibération N° 2 traitant du nouveau régime indemnitaire RIFSEEP, imposé par l’actuel gouvernement à l’encontre de toutes les organisations syndicales,  dès son projet.

La Majorité votera POUR alors que nous nous abstiendrons ainsi que le groupe FN  pour les raisons exposées ci-dessous :

Grosse interrogation sur le bien-fondé de la prise de parole de M. Royere, Directeur général des services, à l’instigation de M. le Maire qui  l’interrogea, je cite : « Alors M. Royere, vous avez vos têtes de turcs ? ». Lequel s’est lancé dans un discours très « politique », surprenant au regard de sa fonction, me reprochant des embauches massives entre 1995 et 2001,  esquivant ainsi  le point de vue que je venais d’exprimer.

Faut-il lui rappeler son rôle ?

Ses fonctions  se sont-elles politisées au point qu’il se permette d’interpeller les élus ?

Lui-même, après avoir réalisé l’audit de 2008 sur les finances de la commune, dépêché par KPMG, ne s’est-il pas empressé de se faire embaucher en tant que contractuel avant d’obtenir sa titularisation ? A moins qu’il ne se soit senti investi dans le « sauvetage » des finances qu’il avait affirmées catastrophiques,  en jonglant avec les chiffres, bien différents de ceux de BERCY, notamment en ce qui concernait la dette.

Force est à la loi, ce nouveau régime indemnitaire sera appliqué. A noter qu’il est composé de deux parties : l’IFSE et le CIA

Le montant de l’IFSE est en lien avec le groupe de fonction dans lequel « les têtes bien pensantes » vont classer les agents, sans que ceux-ci puissent contester en cas de désaccord, puisque aucun recours n’est envisageable ; De telle façon que la Direction pourrait sans problème faire en sorte de réduire insidieusement les fonctions des agents concernés, justifiant ainsi ses positionnements.

Plus grave encore, « la Direction » pourrait sans problème reporter les fonctions qu’elle aurait supprimées à certains  agents, sur d’autres, même s’ils sont de grade ou de catégorie inférieurs qui percevrait l’IFSE. Il pourrait donc se produire que des agents de catégorie C, soient en position d’encadrement  par des agents de la catégorie B, ceux-ci étant choisis de plus en plus parmi des contractuels politisés, tenant les rênes de la mairie.

Le CIA, lui, est facultatif ! Quelle porte ouverte pour  convaincre celles et ceux qui seraient corvéables à souhait par crainte  de leur avenir,  pour favoriser les encartés,  les  distributeurs volontaires de tracts et autres, au détriment de personnels moins impliqués politiquement ou moins disponibles ou moins en accord avec leur  hiérarchie. La récompense à « la tête du client » est redoutée par les agents !!

Si ce nouveau régime, bien appliqué,  pourrait ne pas être  totalement négatif, on y a inclus le terme de « SUJETION » : dépendance, état de celui qui est soumis à un pouvoir, une domination et cela doit nous rendre vigilants.

On pourrait suggérer qu’une partie de ce RIFSEEP bascule dans le montant de base du salaire des agents.

La délibération N° 3 concernait une demande de subvention pour les travaux de proximité 2017, en faveur de l’Eglise pour la rénovation des menuiseries, de la réfection du presbytère, d’une partie du clocher et de la charpente de la nef.

Cette délibération sera votée à l’UNANIMITE

La délibération N°4 traitait de la cession d’une parcelle communale AX N° 514 au profit du projet immobilier de la « Mousseline », terrain Météo. Sujet maintes fois exposé qui, de trente logements annoncés en réunion publique, s’est transformé curieusement en 109 appartements,  sur un site très exposé aux risques routiers, à la pollution de l’air et du bruit. La Majorité votera POUR, alors que nous nous abstiendrons ainsi que le groupe FN.

La délibération N° 5 concernait l’avenant N°2  pour une convention d’occupation privative du domaine public (station GSM Bouygues Télécom-quartier de la Pousaraque). La mairie a renégocié le contrat de 4 777,81€ annuelle à 8 000€, ce qui interpelle et confirme que nos forfaits « mobiles » sont beaucoup trop chers, même si le renouvellement du contrat passe de 11 à 12 ans.

Cette délibération sera votée à UNANIMITE

La délibération N° ­6  traitait de la régularisation d’une emprise foncière avenue Jean Jaurès, liée au futur réaménagement de celle-ci. Nous voterons POUR avec la Majorité, le FN S’abstiendra curieusement une nouvelle fois.

La délibération N° ­7

Abordait le vœu du conseil municipal pour la défense et le développement du service public de la Poste. Chacun a voté selon ses intérêts au sein de mon groupe, les élus de « Gignac autrement » ne pratiquant pas la pensée unique, contrairement à ceux de M Croce. Ce vœu  est à la base empreint pour partie, d’une réelle volonté de  maintenir le service public tel qu’il existait avant la nouvelle adaptation des horaires et  jours d’ouverture. Mais une fois de plus,  cela entraîne un discours très politisé, se référant aux problématiques nationales, voire internationales, bien loin des préoccupations des Gignacais.

Plus grave, M. Croce estompe le fait que la Poste est aujourd’hui dans une réorganisation indispensable à sa survie et qu’elle s’adapte au mieux pour faire face à la baisse sensible du courrier. Contrairement à ses affirmations, la Poste met en place des solutions qui, je veux bien l’admettre en contrarie plus d’un. Mais, qui n’a pas vécu de telles situations dans le privé quand il s’agissait de survie et de préservation de l’emploi ? Cela peut réussir ! Pour exemple, le regroupement sur le site de LACANAU à Marignane,  des facteurs de Marignane, Marignane Aéroport, Saint Victoret et Gignac  apportant une réelle amélioration dans leur qualité de vie au travail.

Par une subtilité de langage, M. Croce  veut combattre pour que  les MSAP (Maisons de Services au Public) soient transformées en MSP ! Enfumage, si  l’appellation sera différente en ….2020 !, ces MSAP proposeront de nouveaux services afin de compenser la baisse d’activité du courrier et permettant  ainsi de préserver l’emploi. Bien sûr, les décisions l’Europe supprimant les avantages du  « fini-parti) pour non-respect des horaires légaux  ont dû en contrarier plus d’un. Y a-t-il eu abus de cette faveur pour  déclencher ces dispositions. Est-ce réellement défendable syndicalement ?

Comment le même  M. Croce peut-il penser  que nous goberons ses affirmations quant à l’aval nécessaire  de la mairie  ou même du poids des CDPPT (commissions Départementales de Présence Postale Territoriale) sur la gestion de la Poste ? La Poste est libre de ses actions quand bien même la CGT exerce ses pressions. Ces jusqueboutistes, pour exister encore un peu, iront-ils jusqu’à provoquer la chute de la Poste, comme ils ont fait  disparaître le Grand Port Maritime de Marseille qui a vu les compagnies partir vers d’autres ports du bassin méditerranéen afin d’échapper aux grèves et blocages à répétitions ?

Questions à M. Croce

En tant que délégué syndical CGT, qu’avez-vous fait durant toutes ces années pour accompagner la Poste dans sa transition ? A part  des grèves qui n’ont fait qu’aggraver chaque jour, un peu plus sa situation ? Et la CGT qui fut si utile autrefois  au bien être des travailleurs, ne sort pas grandie de tous ces fiascos par entêtement. Vous prétendiez détenir la vérité ? GRAVE ERREUR

La Majorité, le groupe FN et Alain Cordoliani ont voté POUR et nous nous sommes Abstenus.

Clôture de ce conseil municipal vers 20h30

Inauguration permanence Les Républicains

publié le 08/11/2016

20161107_180322

Hier soir Fabien Bravi Président du comité de la 12è circonscription, inaugurait la permanence « Les Républicains » de Marignane, en présence d’une nombreuse assemblée.

Étaient présents, de nombreux maires de la 12è circonscription, des élus locaux ainsi que des conseillers et conseillères Départementaux et Régionaux, et le Sénateur et Président de la Fédération des Bouches du Rhône « Les Républicains », Bruno GILLES.

Mme Martine VASSAL Présidente du Conseil Départemental 13, empêchée n’a pu se joindre à cette manifestation.

Après un discours dans lequel Fabien BRAVI a rappelé les efforts de chacun pour la création de cette permanence et les futures échéances électorales avec,  tout prochainement,  les primaires, Eric DIARD saluera  le travail accompli et le besoin de faire vivre cette permanence par rapport au calendrier électoral. Bruno Gilles conclura sur la nécessité du respect à apporter à chaque candidat aux primaires  afin  d’afficher  une unité  sans faille autour du candidat  choisi, qui portera les valeurs des Républicains lors des prochaines élections Présidentielles, sans oublier les législatives qui suivront.

Cette inauguration se terminera autour d’un apéritif convivial !

Voir article journal La Provence par le lien suivant —>la-provence-du-06-11-2016