2014 Gignac Autrement Christophe DE PIETRO

Nous écrire : 2014-gignac-autrement@laposte.net

Compte rendu Conseil Municipal du 24 mars 2016

publié le 26/03/2016

Le début de ce conseil sera marqué par une minute de silence en hommage aux victimes des récents attentats de Bruxelles.

Après approbation du procès-verbal du précédent conseil municipal et lecture des décisions du maire qui n’appellent aucun vote, 25 délibérations seront soumises à l’approbation des élus. Vous trouverez par le lien suivant les votes des différents groupes —> Votes CM du 24 03 2016

Les délibérations n°24 et 25 concernaient à nouveau l’association Solar Car Solution basée à Tarascon :

Nous avons déjà évoqué dans le compte rendu du précédent conseil municipal du 4 février 2016, les raisons qui nous ont conduits à saisir le Tribunal Administratif pour irrégularité administrative après avoir été floués comme bon nombre de conseillers municipaux nous en sommes persuadés, pensant que cette association était Gignacaise. Retrait de la précédente délibération attribuant une subvention de 10.000 euros à cette association en date du 4 février, puis vote pour la signature d’un contrat de « sponsoring » toujours à 10.000 euros afin que « brille dans le monde les couleurs de notre commune et surtout de son maire Christian AMIRATY. Interrompu dans mon intervention et dans une excitation générale et un empressement sans nom, le maire votera CONTRE la signature de ce contrat tout comme notre groupe et le groupe FN, son subconscient l’ayant très certainement ramené à la raison une fraction de seconde avant de se reprendre et de voter finalement POUR avec sa majorité.

Quoiqu’en dise Monsieur le Maire, je n’ai et nous n’avons absolument rien contre ce brillant Gignacais qui fait partie de cette association Tarasconnaise, comme voudrait le faire croire M. AMIRATY. Bien au contraire, et j’ai à nouveau fait remarquer qu’il aurait été préférable que la commune soutienne autrement ce jeune Gignacais rappelant l’idée d’une souscription avec réalisation et distribution de flyers par la commune.

En tout état de cause nous réitérons nos souhaits de succès à cette sympathique et brillante équipe étant convaincus que nos associations apprécieront.

Les délibérations n°2 à 8, 11 et 12 concernaient les Comptes de gestion commune, ZAC des Aiguilles, les comptes administratif commune, ZAC des Aiguilles, les budgets primitifs commune et ZAC des Aiguilles et les taux de contributions directes 2016 (inchangés par rapport à 2015).

Alain Cordoliani rappellera que fidèles à notre engagement « l’honnêteté avant tout », force est de constater que nous avons enfin été écoutés et que les efforts produits nous permettent d’avoir des chiffres « sympathiques ». Il faut maintenant poursuivre compte tenu des engagements pris avec l’état en matière de logements sociaux avec un équilibre de nos finances qui reste précaire. Vous trouverez par le lien suivant l’intégralité de son intervention —> Intervention Alain Cordoliani Budget Primitif 2016 – Analyse

Nous nous abstiendrons.

Les délibérations n°9 et 10 concernaient les budgets CCAS et ASG votés à l’unanimité.

La délibération n°13 concernait l’élection des membres de la commission en matière de délégation de service public. Le groupe FN n’a pas souhaité présenter de liste n’ayant aucune chance et ne participera pas au vote. Ils demanderont au maire soit d’intégrer un membre de leur groupe dans le leur, soit de pouvoir assister en temps que spectateur à ces commissions. Le maire n’accèdera pas à leur requête se retranchant à juste titre derrière l’exercice démocratique de ces élections. Nous obtiendrons 1 siège de titulaire, Alain CORDOLIANI suppléé éventuellement par Mme Jacqueline POUTET.

La délibération n°14 concernait la modification du tableau des emplois chef de service de la Police Municipale et de rappeler que nous aurions souhaité avoir un ou deux agents supplémentaires sur le terrain plutôt que créer un nouveau poste d’encadrement : nous nous abstiendrons.

La délibération n°15 concernait la création d’un poste contractuel de Chef Gérant de restauration collective pour laquelle nous nous abstiendrons compte tenu des explications données en séance sur les raisons de la mise à l’écart de ceux qui, hier encore donnaient satisfaction (problèmes de compétences, comportement, assiduité, maladie, ….).

La délibération n°16 concernait la mise en place du nouveau régime indemnitaire RIFSEEP présentée par M. CROCE dont vous pourrez prendre lecture par le lien suivant –> Délib 16 CM du 24 03 2016

Curieusement, alors que l’on pouvait s’attendre à l’évolution de la PFR vers un dispositif plus juste, plus transparent et plus compréhensible par les agents (engagements de Maryse Lebranchu le 7 février 2013), le projet proposé ne répond en rien à ces attentes.

D’ailleurs au Conseil supérieur de la fonction publique d’Etat, les organisations syndicales ont voté CONTRE à l’exception de la CGC qui s’est abstenue. Cette seule abstention permet d’appliquer le texte en l’état, bien curieuse démonstration de l’exercice démocratique avec un texte d’une extrême complexité dans sa compréhension et dans sa mise en œuvre.

M. CROCE qui toute sa vie durant n’a eu de cesse de militer syndicalement pour défendre ses camarades travailleurs nous expliquera que c’est la loi qui l’impose, que nous n’avons pas le choix et que notre administration communale a bien compris ce nouveau dispositif ! Et pourtant, rappelons que la loi sur la Métropole devait être appliquée au 1er janvier 2016 et que M. CROCE avait réussi à faire inscrire à l’ordre du jour d’un conseil municipal courant 2015, une motion de censure CONTRE la Métropole, comprenne qui pourra !

Nous nous abstiendrons.

La délibération n°17 concernait la signature du contrat de Mixité Social avec l’Etat qui a été retiré de l’ordre du jour, les accords entre la commune et l’Etat n’ayant toujours pas été acceptés.

La délibération n°18 concernait l’achat de parcelles agricoles « abandonnées » au travers de la SAFER afin de nous préserver du mitage, de l’occupation et constructions illicites de ces terres afin de relancer l’activité agricole sur notre commune : nous voterons POUR.

Les délibérations n°19 à 21 concernaient des demandes de subventions pour la mise en accessibilité de divers bâtiments communaux, de travaux de rénovation dans l’église, travaux dans le local festivités, aux Gymnases de La Viguière et La Poussaraque. Nous voterons POUR profitant de l’occasion pour proposer l’idée de baptiser le futur pôle éducatif Jean MENNESSON en souvenir de sa mémoire pour ses 27 années passées sur notre commune. Bien que le sujet soit en cours d’étude M. AMIRATY a trouvé l’idée honorable, nous verrons.

Les délibérations n°22 et 23 concernaient la réforme d’un véhicule RENAULT CLIO pour laquelle le Garage RENAULT SAPAS de Salon-de-Provence a fait une proposition de reprise à 5000 euros et de divers véhicules millésimés de 1997 à 2004 et une débroussailleuse autoportée de 2012 (?).

Nous profiterons de l’occasion pour interpeler le maire sur l’achat de son nouveau véhicule de service RENAULT MEGANE Berline INTENS (pratiquement le haut de gamme) Energy dCi 110 EDC (boîte automatique) avec options Pack Cuir-sièges chauffants, peinture Bleu Berlin et roue de secours à 21.849,60 euros HT toujours chez le Garage RENAULT SAPAS de Salon-de-Provence (nos agents RENAULT situés sur notre commune apprécieront).

Mais aussi sur le remplacement du moteur de son ancien véhicule de service âgé de 4 ans et affichant seulement 62000 kms suite à rupture de la courroie de distribution également chez le Garage RENAULT SAPAS de Salon-de-Provence, le Garage CANIVENQ aurait refusé de le réparer (?) pour 4.343,23 euros HT. Nous apprendrons que le véhicule RENAULT DUSTER de la Police Municipale a subi la même avarie et qu’il n’y a pas de contrat d’entretien de nos véhicules au-delà de la période de garantie.

Nous apprendrons également par ailleurs que l’entretien de ces véhicules est réalisé par la commune et que les pièces de rechanges ne sont pas des pièces d’origine mais des pièces adaptables. RENAULT minimisera de fait et de bonne guerre sa participation à la prise en charge des réparations bien que le problème soit connu de leur service : A vouloir faire des économies, la sauce ne nous coûte-t-elle pas plus cher que le poisson pour reprendre une vieille expression ?

Dans une cacophonie de justificatifs venus de l’administration et du maire lui-même, ce dernier clôturera les débats, agacé que l’on ne le ménage pas plus,  vu son jeune âge, lui qui fait tant de kilomètres pour ramener des subventions dans les caisses de la commune. Nous n’aurons pas de réponse s’agissant du futur utilisateur de l’ancienne RENAULT MEGANE qui possède désormais un moteur neuf. Les factures sont accessibles par le lien suivant —> Factures Véhicules Mégane

Clôture de ce conseil municipal vers 23h00.

Compte rendu du 1er Conseil de Territoire du 23 mars 2016.

publié le 24/03/2016

Après la mise en place de la Métropole, la semaine dernière, la « machine » se remet en route,  autorisant ainsi la mise en place des 6 Conseils de Territoire dont les noms restent à définir. Ainsi hier après-midi à 14h30 avait lieu le 1er Conseil de Territoire de « l’ex -Communauté urbaine MPM ». Même si l’appellation n’est pas encore définie, certains parient déjà tout simplement sur « Marseille Provence » ; A suivre ….

Contenu de l’ordre du jour  :

– Election du Président du Conseil de Territoire,

– Détermination du nombre de Vice-Présidents du Conseil de Territoire

– Adoption du système de vote électronique pour les opérations électorales et le vote des rapports présentés en Conseil de Territoire

– Election des Vice-Présidents du Conseil de Territoire

– Lecture de la Charte de l’Elu local prévue à l’article L.1111-1-1 du CGCT

 

M. Georges ROSSO,  Maire du Rove et doyen de cette assemblée présidait l’ouverture de ce Conseil en faisant procéder à l’élection du Président du Conseil du Territoire.

Étaient candidats :

Monsieur Guy Teissier « ex-Président de la Communauté Urbaine MPM » et Monsieur Patrick MAGRO, conseiller municipal socialiste de Septèmes-les-Vallons. Les candidats s’exprimeront en préambule des votes sur leurs perceptions de la mission qu’ils sollicitent. Guy Teissier a remercié toutes celles et ceux qui lui ont accordé leur confiance faisant part de la satisfaction qu’il a eue à conduire et redresser pendant pratiquement pendant deux ans la Communauté Urbaine, celle-ci présentant une situation financière précaire. Il rappellera la dette et la restructuration des services afin de rendre plus performante cette institution, soulignant au passage les investissements les plus importants sur cette période. Aujourd’hui la mission est tout autre puisqu’elle consistera principalement à transférer les compétences des Territoires vers la Métropole, ceux-ci devant disparaitre (ex EPCI) en 2019.

Intervention Guy Teissier

Monsieur MAGRO expliquera également ses ambitions, mais c’est sans surprise que Monsieur Guy Teissier sera élu Président du Conseil de Territoire avec 113 voix contre 33 voix sur 175 votants (18 blancs et 11 Nuls).

Le Président Guy Teissier sera longuement et chaleureusement applaudi avant de s’installer dans son nouveau fauteuil. Il fera adopter à la majorité le nombre de 15 Vice-Présidents, maximum fixé par la loi (mais qui aurait pu être inférieur) – (FN Contre et 2 Abstentions) puis à l’unanimité, l’approbation du système de vote électronique, qui avait été expliqué à l’assemblée au préalable.

Liste des Vice-Présidents élus : M. Jean-Pierre GIORGY maire de Carnoux-en-Provence, M. Claude PICCIRILLO maire de Saint Victoret, M. Jean-Claude BERTRAND maire de Plan de Cuques, M. Jérôme ORGEAS maire de Roquefort-la-Bédoule, M. Patrick GHIGONETTO maire de Ceyreste, Mme Valérie BOYER maire du 6ème secteur de Marseille, M. Lionel ROYER-PERREAUT maire du 5ème secteur de Marseille, M. Roland MORAINE maire du 4ème secteur de Marseille, Mme Sabine BERNASCONI maire du 1er secteur de Marseille, Mme Laure-Agnès CARADEC Adjointe au maire de Marseille, M. Daniel HERMANN conseiller d’arrondissements de Marseille, Mme Monique CORDIER Adjointe au maire de Marseille, M. Gérard CHENOZ Adjoint au maire de Marseille, Mme Carine ROGER conseillère d’arrondissements de Marseille et M. Bruno GILLES Sénateur maire du 3ème secteur de Marseille.

Guy Teissier et les Vice-Présidents

Précisons que  deux autres candidats se sont présentés à ces élections sans succès :

Monsieur Michel ILLAC maire d’Ensuès-la-Redonne face à Mme Valérie BOYER

M. Didier ZANINI face à Mme Carine ROGER.

Notons que, la veille, lors de la réunion préparatoire de ce conseil entre élus de la majorité,  nous avions été informés, du retrait de la candidature de M. Christian AMIRATY, candidature qui avait largement fait polémique au sein du groupe majoritaire auquel j’appartiens.

M. Jean-Claude GAUDIN interviendra avec sa verve habituelle, pour répondre aux remarques de M. ILLAC

Pour finir, le Président Teissier donnera lecture de la Charte de l’Elu Local que vous trouverez par le lien suivant —> Charte de l’Elu Local

et clôturera ce 1er Conseil de Territoire vers 17h15.

Dernière minute, Logements à Gignac !

publié le 12/03/2016

Bien peu de public pour ce « Direct avec le maire » jeudi soir !

A peine 200 personnes pour occuper les 240 sièges mis à disposition. Déduction faite des habitués que l’on croise à quasiment toutes les manifestations de la commune, peu de Gignacais se sont déplacés pour tenter de comprendre à quelle sauce nous allons être mangés. Cela me semble bien regrettable.

Serait-ce un signe de rejet de la politique actuelle de l’équipe municipale ? Un écœurement devant la débauche de moyens déployés à chacune de ses manifestations avec affiches et  banderoles dans toute la commune,  articles dans le Vivournet et même un mini journal de dernière minute. Mais aussi, le comble, des panneaux fléchés pour indiquer aux Gignacais où se trouve le Gymnase de la Viguière, (au cas où ils ne se perdraient ?). On nous prend vraiment pour des idiots et tout cela à nos frais !

Nous avons encore eu droit à un show théâtral, dont le Maire est coutumier !

Pour débuter la séance, jouant les timides, M. Amiraty nous explique la difficulté pour lui de l’exercice qu’il s’apprête à faire devant nous ! Je n’ai  pu m’empêcher de mettre l’accent sur le fait, qu’au contraire, on le connait rompu à ce type d’exercice et que personne ne sera dupe !

Tous les sujets ont été balayés : les finances avec M. Pernin, l’Education avec Mme Achhab, le Commerce avec M. Gonzalès, M. Croce pour la Voirie et M. Amiraty pour la Sécurité.

Le sujet principal fût la problématique des logements sur notre commune avec un focus sur les logements sociaux. Dans une mascarade préparée de longue date, M. Amiraty nous expliquera qu’après cinq mois de négociations avec les différents services de l’état, seuls 220 logements sociaux seront réalisés d’ici 2019 et que 15 logements sociaux seront réalisés chaque année au-delà de cette année. Il se reprendra,  suite à mon intervention, pour corriger ce nombre de 15  à 25 par an au-delà de 2019.

Je n’ai pas pu m’empêcher une nouvelle fois de souligner son parcours au sein de nombreuses associations et de centres sociaux sur Marseille agissant dans les secteurs du logement et de l’insertion sociale (l’UDAF, l’UNAF, la CGL, l’ADRIM et l’ADL), de lui rappeler également ses amis « Clientélistes » Guérini, Caseli et Buroni avec lesquels il a préparé ces constructions massive de logements sur notre commune de longue date, le tout concrétisé par la signature en Juin 2013 d’une convention avec l’EPF PACA pour la réalisation de 200 logements sociaux sur notre commune donnant ainsi les clés de la ville à un organisme pour réaliser à sa place ces logements sociaux : en voilà  déjà 220, preuve s’il le fallait, que tout était déjà programmé comme je l’avais dénoncé dès 2013.

Et, jeudi soir, M. Le Maire voulait nous convaincre, après avoir créé le problème lui-même, qu’il a enfin pu négocier et trouver un accord sur 220 logements sociaux, ce qui devrait nous amener à environ 620 logements au total pour l’instant. Mais combien d’autres  verront le jour d’ici 2019 et après ?

J’ai mis l’accent sur sa triste méthode d’annoncer le pire pour finalement se poser en sauveur, à la façon des politiques qui l’ont formé et soutenu.

A propos de la révision du PLU :

Contrairement aux affirmations mensongères réitérées dans le mini journal distribué sur la commune, j’affirme que M. Amiraty avait la possibilité de demander une révision du PLU dès son arrivée en 2008. Il aurait pu aussi le faire en 2009, en 2010, en 2011, etc, etc et ce, jusqu’à la mise en application du décret de la loi ALUR en date du 24 mars 2014.

POURQUOI ne l’a t-il pas fait si le PLU de 2007 ne lui  convenait pas ?

Sinon parce qu’il ne  VOULAIT RIEN FAIRE, Si ce n’est  mener à bien des projets de constructions massives de logements sociaux sur notre commune !!!

NON M. le Maire, contrairement à vos affirmations, nous ne sommes pas dans l’ignorance et si quelqu’un doit être atterré, c’est bien l’opposition . JE CONNAIS DEPUIS FORT LONGTEMPS LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE RÉVISION ET UNE MODIFICATION. Les services de la communauté urbaine ont encore confirmé tout récemment que vous auriez pu à tout moment demander une révision du PLU de 2007, mais il vous est plus profitable d’accuser vos prédécesseurs de tous les maux que vous apportez à notre ville.

Les Gignacais et Gignacaises ne sont pas dupes : STOP aux  manipulations politiciennes Assumez enfin vos responsabilités !!!