2014 Gignac Autrement Christophe DE PIETRO

Nous écrire : 2014-gignac-autrement@laposte.net

ALERTE L’ETAT PASSE A L’OFFENSIVE OU L’ARROSEUR, ARROSE !

publié le 27/11/2015

Vous avez peut-être lu avec attention le dernier Edito du Maire  dans le tout récent VIVOURNET n°26.

M. Amiraty tente une nouvelle fois de fuir ses responsabilités, tentant  de se justifier  en affirmant « je n’ai rien à vous cacher »….

COMPRENDRE : je  ne PEUX PLUS rien vous cacher… !

Par cet Edito pleine page, suivi d’un tract grand format double page diffusé dans presque ???? tous les quartiers, et ce soir lors d’un show à sa façon,  il nous a présenté sa version au sujet des projets de constructions sur notre commune : l’étau se resserre …

Maître dans l’art de la manipulation et de la victimisation, il gesticule  et, à grands effets d’annonce, voudrait vous convaincre, que dorénavant tout ce qui arrivera à Gignac ne sera pas de son fait. La faute à qui, alors ?  Tout d’abord au gouvernement et, toujours  fidèle à ses mauvaises manières, à Christophe De Pietro ! En m’attribuant pour la énième fois la responsabilité  d’un vote de la révision du P L U en 2007, présentée par la CUM et le maire sortant.  J’étais alors en 18ème position sur la liste comme conseiller municipal ;  Mais, Mme Mongaillard qui était à l’époque adjointe,  a également voté cette révision !!! Le lui reproche-t-il aujourd’hui  alors qu’elle fait partie de  son équipe ???

La tactique est récurrente chez tous les politiques, tout ce qui est négatif provient des gestions antérieures….

Souvenez-vous : dès les élections municipales de 2008 sur Gignac où il a été parachuté depuis Marseille, il accusait à tort le maire sortant Claude Frigant de vouloir construire 2000 logements, alors que lors d’une interview télévisée entre Olivier Mazerrolle et Nicolas Sarkozy en 2005, lui-même, prenait la parole, défendait bec et ongle les logements sociaux et demandait le triplement de l’amende pour non-respect des quotas.

Extrait de cette interview :

« OLIVIER MAZEROLLE : Monsieur SARKOZY, je vous propose maintenant de m’accompagner parce que nous allons aller vers les Français sélectionnés parmi les lecteurs de OUEST-FRANCE et du PROVENÇAL qui vont vous poser des questions. La règle du jeu, elle est simple, mais elle est importante : Question 40 secondes maximum, réponse 1minute30 maximum. Vous avez le chronomètre devant vous, à 1minute30, moi, j’arrête, je suis obligé parce que, sinon, je me fais engueuler.

NICOLAS SARKOZY : Et vous croyez que c’est simple ?

QUESTION : … Rires… La première question, elle vous est posée par Monsieur AMIRATY. Vous venez de Marseille et vous présidez une association pour le logement.

CHRISTIAN AMIRATY, LECTEUR LA PROVENCE : Je viens de Gignac-la-Nerthe, à côté de Marseille. Effectivement, je suis président d’une association qui s’appelle l’Adrim, qui travaille dans le domaine de l’insertion. Monsieur SARKOZY, les Français savent se montrer très généreux lorsqu’il s’agit de se mobiliser pour une grande cause humanitaire, je pense notamment à l’Asie, ou encore pour de grands élans de solidarité tels que le Téléthon ou bien aussi les Restaurants du Cœur. A contrario, lorsqu’il s’agit d’accepter qu’il y ait des logements sociaux à côté de leur habitation, là, ils deviennent, la plupart du temps, franchement hostiles. Pensez-vous donc qu’il existe ou qu’il émerge en France une véritable peur des pauvres ? Deuxième question : Que proposez-vous pour que chaque Français puisse avoir un toit en fonction de ses revenus ? Par exemple, est-ce que vous êtes d’accord de tripler les pénalités financières pour les communes qui ne respectent pas la loi qui les oblige à faire de la construction de l’offre locative sociale ?

Vous trouverez l’intégralité de cette interview par le lien suivant —>  http://discours.vie-publique.fr/notices/053001277.html

En cherchant un peu vous trouverez également la bande sonore de cette interview sur le net, bande sonore que je tiens également à votre disposition.

Rappelons tout de même le parcours de M. Amiraty avec plus de 40 années passées au service du Parti Socialiste, Guériniste émérite, Président de nombreuses associations et de centres sociaux sur Marseille agissant dans les secteurs du logement et de l’insertion sociale, membre du bureau de l’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales Françaises ou Etrangères des BdRh), membre de la commission sociale de l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales Françaises ou Etrangères), membre du bureau National,(excusez du peu), de la Confédération Générale du Logement, président de l’ADRIM agissant dans le secteur de l’Insertion, du développement de solution de logement en direction de populations spécifiques (demandeur d’asile) et l’accompagnement au logement et enfin Président de l’ADL sur Marseille transférée sur Gignac dans les conditions que peu d’entre vous connaissent, association agissant également dans le secteur de l’insertion sociale et du logement, association qui lui aura servi de tremplin politique sur notre commune de Gignac, association qui vient de disparaître récemment suite à des règlement de comptes avec sa Présidente Mme Ferrandiz.

Rappelons également, comme nous l’avions dénoncé à maintes reprises, la signature par M. Amiraty dès Juin 2013, d’une convention avec l’EPF PACA, visant la promotion de la réalisation de 200 logements sociaux sur notre commune, suivie de nombreuses réunions auxquelles nous, élus de l’opposition, n’avons jamais été conviés. Egalement, la révision du PLU en octobre 2013 afin de débloquer du foncier à des fins d’opérations immobilières à vocations sociales et confirmé par le bilan 2013 du PLH 2012-2018 validé par son ami Eugène Caseli alors Président de MPM. A tout cela, il convient également d’évoquer la loi SRU qu’il a toujours soutenue et que l’actuel gouvernement a durcie d’une manière grotesque sans prendre en compte les problématiques rencontrées, les spécificités de chaque commune en la matière, et des conséquences désastreuses qu’elles auront !

Et, ce soir, M. Le Maire s’insurge contre cette loi, qu’il juge stupide ! Virage à 360°.

Il voudrait nous convaincre qu’il mène depuis un an, un combat (et avant ???? ?)  qui permettra à Gignac  de passer des 1228 logements  supplémentaires projetés à seulement 538, tout en ne pouvant  pour autant le garantir !

Aujourd’hui, reniant ses décisions passées,  aux lourdes conséquences pour notre commune, par  manque d’honnêteté et de courage, pris à son propre piège, il veut impliquer les   Gignacais, afin de ne pas assumer SEUL, ses responsabilités, conscient que ses dossiers dérangent et qu’il ne peut désormais plus entretenir le « flou » autour de ces derniers !

Alors que les finances de la commune sont « tendues », il orchestre cette réunion publique aux frais des contribuables Gignacais avec la complicité d’un animateur et se pose en victime. Brandissant la menace du « vilain Préfet » qui va prendre la main sur la commune, les permis de construire pour réaliser à sa place plus de logements sociaux. il nous demande de signer une pétition contre la loi SRU, à disposition dans la salle !

ALORS QUE, durant toutes ces années passées,  il n’a eu de cesse de provoquer cette situation !

Comme je l’ai toujours affirmé, je ne suis pas contre les logements mais sous une forme pavillonnaire, qui préserverait le caractère villageois de notre commune. Leur implantation ne doit pas être source de futures nuisances pour ces nouveaux habitants qui souffriront tôt ou tard : Pour exemple le projet du boulodrome Pucetti, où vivre en bordure de l’axe très fréquenté qu’est la nationale 368 qui traverse notre commune, deviendra vite un calvaire.

Cette mixité sociale que M. Amiraty prônait depuis toujours et qu’il dénonce aujourd’hui, ce bien et mieux vivre ensemble dans notre commune au caractère villageois conservé, et bien ce bonheur ne sera réel que lorsqu’il sera souhaité, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Il est trop tard M. Amiraty, votre passé vous a rattrapé et venir demander aujourd’hui l’avis des Gignacais et de vous aider dans votre combat, ne relève une fois de plus, que de manipulation politicienne afin vous dégager de vos responsabilités !!!

Compte rendu du Conseil Communautaire du 20 novembre 2015.

publié le 25/11/2015

Après approbation du procès-verbal du précédent conseil, du compte rendu des décisions de M. Teissier et des décisions du bureau, le Conseil Communautaire a examiné 66 rapports présentés par les différents Présidents de commissions.

Sur les 66 délibérations présentées, 22 rapports d’activité des différentes délégations de services publics étaient à l’ordre du jour sans être soumises au vote. Egalement non soumis au vote, le Point 1 « Rapport d’Orientations Budgétaires de l’exercice 2016 » présenté par Jean Montagnac Maire de Carry-le-Rouet, Président de la commission « Fonctionnement et Maîtrise des Coûts ». Sur des bases économiques identiques au budget 2015, les objectifs seront de transférer 12 à 13 millions d’euros du Fonctionnement vers les Investissements et de poursuivre la réduction de la dette (remboursement du capital, 78 M€ en 2014, 81 M€ en 2015 et 89 M€ projetés sur 2016). Rappelons que le budget 2015, même s’il n’est pas encore terminé, a été respecté et amélioré grâce au pilotage rigoureux de la masse salariale, des charges générales et des charges de gestion. Cependant ce budget 2016 comporte des contraintes budgétaires importantes non négligeables, telle la réduction des dotations de l’état (- 11,6 M€), l’engagement avec EVERE pour solder le contentieux de l’incinérateur de Fos et la fin des compensations sociales versées par la ville de Marseille à la RTM.

Bien que hors conseil mais présenté au Bureau, le transfert de l’actuel siège de la RTM dans les immeubles ASTROLABE et CALYPSO sur une surface de 6193 m² au total sera évoqué et fera polémique. Polémique orchestrée par les syndicats expliquant « qu’ils sont chez eux là ou ils sont», appuyés par l’opposition au travers des groupes APEM et PTS (socialistes communistes et apparentés) qui interviendront en séance ne comprenant pas la précipitation apportée dans ce dossier. Un déménagement inutile selon eux, qui coutera cher en location (200 € du m²), avec un bail de 9 ans, alors que selon leurs dires le projet de réalisation du nouveau siège de la RTM pourrait être lancé sans plus attendre. Le Président Teissier rappellera que :

– il n’y a aucune précipitation dans ce dossier puisqu’il est évoqué depuis plus de 20 ans et que personne n’avait eu jusqu’à présent, le courage « politique » de le régler.

– le choix est judicieux, bien plus accessible que l’actuel siège, desservi par les Bus et le Métro.

– rien ne permet aujourd’hui de lancer la construction du nouveau siège de la RTM compte tenu de « l’arrivée de la Métropole », siège dont l’implantation pourrait être remise en question.

– la RTM n’a jamais payé ni loyers, ni impôts pour ces bureaux installés sur un terrain de 4 hectares appartenant pour partie à la communauté urbaine et pour l’autre à la ville de Marseille.

Le Président soulignera ce ratio hors norme d’un terrain de 40000 m² pour 280 agents, principalement des cadres, comprenant des locaux syndicaux mais également la fanfare de la RTM sur laquelle le Président galèjera en disant qu’il ne l’avait jamais entendu !!! Il confirmera la volonté d’aboutir enfin sur ce dossier qui devrait rapporter environ 15 millions d’euros à la communauté urbaine. Cette somme sera investie dans les divers projets que les différents maires que vous êtes, s’adressant à ses détracteurs, n’avez pas manqué de me présenter depuis mon arrivée à la présidence de la communauté urbaine.

Pour conclure, le Président Teissier soulignera que lorsque la majorité de la précédente mandature Caseli a validé l’implantation des prochains bureaux de la communauté urbaine dans la future Tour de grande hauteur « Jean Nouvel » à Marseille à 380 € du m², les personnes qui s’insurgent aujourd’hui n’ont curieusement rien dit à l’époque !

Les groupes APEM et PTS voteront contre la délibération 52 « avenant à la convention avec le Département des Bouches du Rhône et la RTM relative à la gratuité des transports sur le réseau transmétropole » présenté par le rapporteur de la commission Développement des Transports Métropolitains. En effet, le Département révisant les conditions d’attribution de cette gratuité, la communauté urbaine se doit également de réviser ces mêmes conditions. Rappelons tout de même que le Département (50%) et MPM (50%) financent respectivement les coûts de cette gratuité à hauteur de 6,6 millions d’euros.

Mme Ghali interviendra sur le Point 59 concernant l’approbation d’une convention relative au financement des travaux de construction du terminal de transport combiné de Mourepiane. Elle demandera le retrait de cette délibération car le commissaire enquêteur n’a toujours pas remis son rapport définitif sur cette opération. Après avoir écouté avec attention les arguments de Mme Ghali, le Président Teissier acceptera de retirer cette délibération en confirmant toutefois qu’elle serait représentée lors du prochain conseil communautaire de décembre.

Vous trouverez ce résumé par le lien suivant –>  ODJ Conseil 20 Novembre 2015

Clôture de ce Conseil Communautaire vers 12h00.

Avec un peu de retard, Compte rendu du Conseil Communautaire du 23 octobre 2015.

publié le 23/11/2015

En déplacement lors de ce conseil communautaire et de retour depuis peu, j’ai pu néanmoins obtenir tout récemment le compte-rendu de ce conseil.

Après approbation du procès-verbal du précédent conseil, du compte rendu des décisions de M. Teissier et des décisions du bureau, le Conseil Communautaire a examiné 35 rapports présentés par les différents Présidents de commissions.

Seul le Point 7 « Programme de rénovation urbaine Saint Mauront à Marseille » concernant la commission Habitat et Politique de la ville suscitera quelques joutes verbales entre le Président Teissier et M. Mennucci. En effet M. Mennucci, qui voulant faire je cite : «  de l’humour à deux balles … », sera recadré par le Président Teissier qui lui reprochera de vouloir, comme d’habitude, systématiquement politiser les choses et d’avoir une mémoire un peu trop sélective. Le Président Teissier lui posera alors la question sur son action en la matière lors des 6 précédentes années sous la mandature Caseli ? Il aura bien du mal à lui répondre, esquivant avec maladresse la question !!!

Mme Ghali interviendra sur le point 30 concernant « l’approbation de la création de l’opération de restructuration du Port de Saumaty Pêche », pour expliquer très brièvement les raisons pour lesquelles le groupe APEM s’abstiendra sur cette délibération. Le reste des délibérations ont été votées dans une très grande majorité à l’unanimité. Nous noterons toutefois à nouveau, les votes CONTRE du groupe RBMFN sur les points 7, 8 et 9 rapportés par la commission « Habitat et Politique de la Ville » concernant les projets de rénovations urbaines des quartiers de Saint Mauront, Vallon de Malpassé et de La Savine.

Vous trouverez ce résumé par le lien suivant –> ODJ Conseil 23 octobre 2015.

Clôture de ce Conseil Communautaire vers 11h00.