2014 Gignac Autrement Christophe DE PIETRO

Nous écrire : 2014-gignac-autrement@laposte.net

MISSION LOCALE EN DANGER !

publié le 14/12/2014

Après la fermeture de la Maison des Jeunes suite à un curieux incendie il y a quelques temps déjà, voici La Mission Locale de Gignac La Nerthe qui va fermer ses portes fin décembre 2014.

En 2013 la Mission Locale a reçu 263 jeunes gens de Gignac le Nerthe. Plus de cent jeunes ont été de ce fait en situation Emploi et plus de cinquante ont obtenu une formation.

La subvention communale était de 28 941 € pour l’année 2014, permettant pratiquement l’emploi à plein temps d’un conseiller qui effectuait les permanences locales.

Par la seule volonté de M. Amiraty de ne plus accorder de subvention en 2015,  il n’y aura plus de mission locale sur notre commune !

La raison évoquée de ce désengagement et donc de « la résiliation » de la convention Ville de Gignac la Nerthe / Mission Locale porterait sur une question d’équilibre budgétaire. Le motif évoqué par la mairie étant sa condamnation à des pénalités pour ne pas avoir atteint les objectifs de logements sociaux sur notre commune.

Rappelons au passage, que M. Amiraty avait lui-même demandé en personne à l’époque à M. Sarkozy, que ces pénalités soient quintuplées. Il a été entendu !

Serait-ce à dire que l’on justifie par un manquement d’ordre social, le retrait d’un autre ?

Les Missions Locales relevant du Service Public pour l’Emploi, cette décision n’équivaut-elle pas à un choix politique ? En d’autres termes, il s’agit de priver les jeunes gens de la commune d’un droit commun, ou pour le dire encore différemment, de créer une inégalité pour eux et leurs familles, dès lors qu’ils résident sur la commune.

Curieusement pas un mot, pas une information sur le sujet par l’actuelle majorité ???

Alors que M. Amiraty a dépensé sans compter fin 2013/début 2014 à des fins purement électoralistes sans penser au lendemain et que d’autres se félicitent que l’ADSL ait atteint un vrai haut débit sur notre commune, il se détruit dans l’ombre une institution locale efficace dont l’action était jusqu’à présent mesurable au quotidien.

En tout état de cause, face au désarroi grandissant de notre jeunesse, il apparait que ce choix politique plus que contestable amplifiera le sentiment d’exclusion de notre jeunesse !

Vous trouverez par le lien suivant copie de la pétition déjà affichée à la Mission Locale de Gignac et qui sera adressée à Monsieur le maire dans les prochains jours :

—-> Information Public Du00E9part Gignac MLEEB Partenaires

Je reste pour ma part totalement opposé à cette fermeture, d’autant que cette décision a été prise sans aucune concertation auprès des élus  ni des responsables de la Mission Locale, ce qui constitue un abus d’autorité, véritable scandale démocratique!

Les élus de l’opposition se réuniront mardi prochain, 16 décembre  afin d’envisager les actions à venir; Nous vous tiendrons informés.

Les très mauvaises manières de M.Amiraty, la liste s’allonge ENCORE !

publié le 11/12/2014

Le repas de Noël, offert traditionnellement par la municipalité aux Seniors de la commune était l’occasion d’une grande rencontre. Je suis un enfant de Gignac et j’ai toujours apprécié de partager des moments de convivialité avec vous, qui, pour beaucoup m’ont connu « minot ».

Cette période de Noël n’est-elle pas un beau  moment de trêve ?

A mon grand étonnement, j’ai  reçu un appel  du Directeur Général des Services m’expliquant que malgré notre statut d’élu mais n’ayant pas l’âge requis, moi et mes colistiers, ne serions pas admis lors de ce repas !!

Face à mon incompréhension, un courriel du  maire en personne, m’a confirmé que suite aux  problèmes économiques de la commune, nous ne pourrions participer à ce repas. Curieusement dans les méandres plus que tortueux de ce courrier, il apparait que même en payant  notre repas, nous serions « persona non grata ».

Je vous invite à  découvrir les termes  typiques et remarquables de la langue de bois  de ce courriel par le lien suivant ——->  Courriel mairie repas des Seniors

VOILA POURQUOI, CHERS SENIORS GIGNACAIS, NOUS NE  NOUS RENCONTRERONS PAS LORS DES REPAS ANNUELS DES ANCIENS !!

Les très mauvaises manières de M. Amiraty : La liste s’allonge !

publié le 10/12/2014

En qualité d’élu,  et de président d’un groupe d’opposition au sein du conseil  municipal, j’ai souhaité, comme le permet la loi, disposer  d’un local en vue de recevoir les Gignacais qui  auraient voulu   rencontrer les élus de notre groupe «2014 Gignac Autrement ».

Dans un premier temps, M. le maire a répondu favorablement à cette requête via un courrier signé par  M. Royère (DGS), en date du 18 Juillet 2014 accessible par le lien suivant : —–>  Lettre RAR du 18 07 2014

Vous trouverez ci-dessous,  une lettre « volte-face »,  du 26 août, signée par M. Amiraty  en personne qui a décidé que vous, public, ne pourrez pas être admis dans ce local, ces accords étant subordonnés à la décision du maire. Dont acte !!!

Tout ceci déroge une fois de plus aux traditions gignacaises. Les maires de tous bords,  qui se sont succédé avant l’ère Amiraty,  ont toujours mis à disposition des élus d’opposition, un bureau qu’ils pouvaient utiliser à leur guise et où les Gignacais étaient les bienvenus.

M. Pernin et Mme  Mahieu, élus d’opposition durant la mandature de M. Frigant, en ont bénéficié largement à l’époque et pourraient en attester.

Curieusement, lors du premier mandat de M. Amiraty,  un local, ouvert à tous,  avait bien été  affecté à l’opposition dans les bureaux du CCAS.

Nous voilà donc revenu au fait du « Prince », qui oublie ses grandes envolées. Pleurer d’émotion en invoquant la démocratie dans des banquets républicains est une chose, la mettre en pratique ne semble   pas chez lui,  une démarche aussi naturelle ….

2 éme lettre ————->  Lettre RAR du 26 08 2014

Encore une fois, raté pour la démocratie!

Les mauvaises manières de M.Amiraty !

publié le 06/12/2014

Quand M.Amiraty  annonce dans  le dernier Vivournet,  vouloir rétablir quelques vérités, on peut  s’attendre à tout !

En effet, après avoir rappelé qu’il n’est plus vice-président de la CUM, qu’il n’est plus dans cette majorité socialiste qui a ruiné cette institution avec une dette d’un milliard et demi (1,5 milliards), il accommode les faits à sa sauce avec l’aplomb qui le caractérise.

Sans doute mortifié d’avoir  perdu son siège de vice-président,  touché dans son ego, il a recours à la plus pitoyable des tactiques, tromper, mentir, déformer, s’esquiver.

Voilà un maire qui  a pris seul, la décision  de créer dès le début de son premier mandat en 2008, une aire des gens du voyage  ouverte  à toutes les communes  de la côte bleue. Il a mené à terme la modification  d’une implantation  rejetée par les Gignacais, il a fait acheter par la CUM grâce aux fonds  gérés par son ami Caselli, des  terrains pour permettre son extension à bien plus de 45 places, car il savait fort bien que l’aire initiale serait vite saturée. Il a préparé dans le plus grand secret une révision du PLU, étouffé une enquête publique et voilà qu’aujourd’hui, sans vergogne, il accuse celui qui lui a tenu tête de rétablir une situation plus conforme aux intérêts de notre ville.

Où sont votre courage politique, votre  dignité,  bref votre honnêteté  Monsieur Amiraty ?

Oui, c’est bien vous et vous seul qui avez  décidé d’une aire communautaire uniquement  sur Gignac, c’est vous et vous seul qui avez préparé l’urbanisation sur tout le territoire. En bon adepte des contorsions vous vous cachez  aujourd’hui derrière la CUM tentant de masquer ce que vous avez-vous-même  acté.

Mon rôle est  bien de m’opposer à ce que vous aviez décidé. A qui ferez- vous croire que je ne défendrai pas les intérêts de Gignac  quand je m’élève non pas contre une aire des gens du voyage, mais bel et bien contre VOTRE PROJET scélérat  modèle de clientélisme politique que vous deviez à votre ami Caselli.

Vous  seul avez livré à des organismes et officines la prospection de zones ciblées pour une urbanisation à tout crin.  Vous avez révisé le PLU dans cette optique. Vous  écrivez que « malheureusement la question du logement dépend de la Communauté Urbaine », depuis quand ?

Vous prétendiez le contraire avant de vous faire élire.  Tout ce qui se décide ne vous concerne donc  plus ?  Pourtant vous affirmiez naguère qu’un maire pouvait tout à fait s’opposer à la création de logements sociaux, pourquoi ne le faites-vous pas aujourd’hui ?

Vous ne seriez soudain  plus qu’un pauvre petit maire obligé de subir le bétonnage de notre ville  décidé à Marseille ?  Vous posez la question de ce que je préparerais sournoisement, mais Vous qu’avez-vous  déjà décidé sournoisement ?  Assumez vos  actes ! Vous qui parlez de traitrise envers un électorat, ne croyez-vous pas en être le prototype ? Voilà bien la démonstration de ce qui est le plus nocif pour l’image d’un élu.

Vos vérités Monsieur Amiraty, rejoignent  vos manipulations de naguère, la fameuse dette, que vous avez finalement reconnue être le fruit d’une interprétation,  la peur des 1000 logements que vous allez  pourtant faire vous-même. Vous allez continuer avec votre équipe écrivez-vous, une équipe qui a  enfin compris qu’avec vous il valait mieux se taire pour  garder sa place. Ne vous étonnez pas si d’autres voix s’élèvent comme pour la Zac Cotton-Pielettes !